Comment le changement climatique peut-il avoir un impact sur les épidémies de maladies telles que le Zika ou la Dengue ? Andrea Monroy-Licht, notre championne de l’initiative UN CC:Learn, a dirigé un projet intitulé Salud 1.5º.  Cette initiative vise à encourager les élèves à agir contre les risques sanitaires liés au changement climatique et au réchauffement de la planète. Cette enseignante colombienne de Barranquilla a déjà apporté des changements positifs dans sa communauté et souhaite reproduire ce projet dans d’autres villes. Découvrez ses activités d’éducation environnementale sur les questions de changement climatique, qui visent à atténuer les effets associés aux maladies à transmission vectorielle.

Je m’appelle Andrea Monroy-Licht, je suis professeure à la Universidad del Norte et avec mon collègue Ricardo Gutierrez, nous dirigeons le cours de Biologie cellulaire.

Photo: Andrea Monroy-Licht

Photo: Andrea Monroy-Licht

Ce cours est dispensé aux étudiants de Médecine du premier semestre à la Universidad del Norte de Barranquilla (Colombie). Le cours de la santé et le changement climatique de UN CC:Learn nous a incités à modifier la manière dont nous abordons les questions de changement climatique et de réchauffement planétaire avec les étudiants du cours de biologie cellulaire. Le cours montre que l’augmentation de la température entraîne l’activation des processus de migration des vecteurs tels que les moustiques vers d’autres régions, augmentant ainsi la probabilité d’apparition de maladies telles que le Zika, la dengue, le chikungunya et le paludisme (ou malaria) dans des régions où ces épidémies n’étaient pas fréquentes. De la même façon, dans de nombreuses régions, les températures élevées ont tendance à augmenter le risque de maladies cardiovasculaires liées au choc thermique. Ces évidences nous a conduit à créer le projet Santé 1.5ºC. Il s’agit d’un espace pour améliorer les compétences de jugement critique autour de la relation entre la santé de la planète et la santé humaine.

Cette initiative a l’intention de sensibiliser les étudiants par des actions contre les risques sanitaires, liés au changement climatique et au réchauffement de la planète, à travers un projet de gestion environnementale. Quatre thèmes sont travaillés en parallèle :

  1. les maladies liées au choc thermique,
  2. les maladies à transmission vectorielle (par exemple les moustiques),
  3. les risques sanitaires liés à la pollution de l’eau par les microplastiques et
  4. les effets des polluants environnementaux tels que les perturbateurs endocriniens.
Photo: Andrea Monroy-Licht

Photo: Andrea Monroy-Licht

Le projet concerne 159 étudiants et 48 familles. Dans ces familles, les étudiants exécutent des actions liées à l’éducation environnementale sur les questions de changement climatique ainsi que des actions visant à atténuer dans ces foyers les effets associés aux maladies à transmission vectorielle grâce à des campagnes de prévention et de réduction des sources qui induisent la prolifération des moustiques-vecteurs. En ce qui concerne les maladies liées au choc thermique, les élèves exécutent des actions telles que la plantation d’arbres et des initiatives écoenvironnementales pour réduire les températures élevées dans certaines parties de leur maison. Pour les microplastiques, les étudiants mènent des campagnes pour le recyclage, la réutilisation et la réduction de ce type de matériaux dans leurs foyers. En ce qui concerne les substances chimiques susceptibles de perturber le système endocrinien, les élèves informent leurs familles des risques que présentent ces substances pour leur santé et pour les écosystèmes lorsqu’elles sont rejetées par des personnes. De la même façon, ils proposent des produits naturels alternatifs de bas impact environnemental.

Photo: Andrea Monroy-Licht

Photo: Andrea Monroy-Licht

Avec le projet Santé 1.5ºC, nous espérons que de plus en plus de personnes se joindront à ces initiatives. Jusqu’à cette date, 461 personnes ont participé : 199 étudiants et 262 membres de leur famille. Le projet continue de fonctionner même en cas de pandémie, ce qui nous remplit de joie, car pour prendre soin de la planète, il n’y a pas d’excuses. Ce projet démontre que de nombreuses actions peuvent être mises en œuvre pour atténuer le changement climatique et la pollution de la planète avec l’engagement de chacun d’entre nous. Les plans futurs consistent à consolider une stratégie qui puisse être reproduite dans d’autres matières, universités, villes et que nous puissions continuer à ajouter des actions pour notre planète et pour notre santé.

S’engager avec nous:

Parlez-nous des actions durables que vous menez chez vous, à l’école ou sur votre lieu de travail et qui contribuent à la lutte contre le changement climatique. Partagez avec nous sur Facebook, Instagram ou Twitter. Toute action est souvent préférable à l’absence d’action.

Commencez votre voyage d’apprentissage :

Accédez à notre plateforme d’apprentissage en ligne sur unccelearng.org et suivez des cours gratuits sur le changement climatique et l’économie verte. Si vous ne savez pas comment commencer, rejoignez notre communauté d’apprentissage et accédez à notre cours gratuit sur la santé humaine et le changement climatique.

Afin de relever le défi que représente la diffusion de l’éducation au climat dans le monde entier, UN CC:Learn a mis à disposition une nouvelle fonctionnalité qui permet à chacun de faire des dons volontaires pour aider à intensifier les efforts du programme. Contribuez dès aujourd’hui et aidez à fournir des ressources d’apprentissage en ligne de pointe sur le changement climatique et l’économie verte aux personnes qui en ont le plus besoin !

UN CC:Learn est la plus grande plateforme mondiale d’apprentissage en ligne sur le changement climatique. Actuellement, la plateforme rassemble plus de 400.000 utilisateurs et a émis plus de 125.000 certificats, ce qui en fait la ressource la plus précieuse en matière de changement climatique dans le monde.

Le monde a changé à la suite de la pandémie mondiale, et ceux qui vivent dans des pays vulnérables au climat sont encore plus désavantagés. Cela met en évidence la nécessité impérieuse de continuer à combler le fossé numérique et le changement climatique, en permettant à chacun d’accéder gratuitement à l’apprentissage et à la compréhension.

La campagne d’appel aux dons, gérée par UN CC:Learn dans le cadre de notre partenariat avec l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), vise à collecter des fonds qui contribueront à :

– Développer des cours plus innovants sur le changement climatique, rester à l’avant-garde des changements mondiaux et de la recherche de pointe.

– La traduction des cours dans des langues spécifiques aux utilisateurs, afin que chaque cours reste pertinent et disponible pour ceux qui en ont le plus besoin.

– Accroître le soutien et l’aide à la communauté d’apprenants en ligne par le biais de ressources d’assistance aux utilisateurs et d’assistance technique.

– Diffuser les cours sur plusieurs plateformes, en veillant à ce qu’ils soient disponibles pour différents navigateurs, appareils et réseaux.

Aidez à soutenir le développement continu et la maintenance de la plateforme, afin que chacun puisse profiter des opportunités d’apprendre sur le changement climatique et d’agir !

Pour en savoir plus et découvrir la campagne, veuillez consulter notre site web ici.

Grâce à une formation de formateurs en quatre sessions, organisée par l’UN CC : Learn et le Partenariat pour l’action sur l’économie verte, dix-sept professionnels ont reçu une formation leur permettant d’enseigner efficacement en ligne à des adultes, en Afrique de l’ouest.

UN CC:Learn et Partenariat pour l’action sur l’économie verte ont prodigué une formation de formateurs en ligne de quatre sessions à des participants de 13 pays du hub d’Afrique de l’ouest. Au total, 17 professionnels, travaillant pour la plupart dans le domaine académique, ont été formés à l’élaboration et à la diffusion de cours d’apprentissage en ligne.

À l’origine, la formation avait été conçue comme une activité de PAGE Sénégal, mais son champ d’application s’est étendu, en s’appuyant sur l’expérience d’UN CC :Learn en matière d’apprentissage en ligne, et suivant l’une des principales recommandations d’une consultation en ligne organisée par UN CC :Learn, en juin 2020, dans laquelle les parties prenantes de la région ont convenu d’offrir les formations sur l’élaboration de MOOC et d’outils d’apprentissage en ligne.

Le hub l’Afrique de l’ouest a pour but d’améliorer les capacités et les compétences des professionnels de ses 13 pays membres, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, la Guinée, la Mauritanie, le Mali, le Sénégal, le Tchad et le Togo. Dans ce contexte, la formation de formateurs répondait parfaitement à cet objectif. Au cours des quatre sessions, les participants ont été guidés dans les méandres de l’apprentissage en ligne par un expert d’UN CC :Learn, qui leur a donné un aperçu général des étapes et des processus de l’élaboration de contenus en ligne efficaces pour des adultes. Les principaux objectifs d’apprentissage consistent à :

Expliquer comment les adultes apprennent.

  • Décrire le processus d’élaboration des cours en ligne.
  • Différencier les phases du modèle A.D.D.I.E.
  • Décrire les principes de fonctionnement des plateformes d’apprentissage en ligne.
  • Identifier les outils de création pour l’élaboration de cours interactifs.

Chaque session a duré 1 heure et 30 minutes et prévoyait une interaction active des participants dans les discussions, entre eux et avec les tuteurs, ainsi que l’exécution de tâches. À la fin du cours, les participants ont reçu un certificat de participation. Grâce à cette expérience d’apprentissage, ils sont mieux équipés pour développer des modules d’apprentissage en ligne sur le changement climatique et favoriser une plus large diffusion de l’apprentissage en ligne dans toute l’Afrique de l’ouest. Cet objectif a été validé par une enquête menée juste après la dernière session, dans laquelle le 87,5% des personnes ont répondu avoir appris à concevoir et évaluer efficacement des cours en ligne pour adultes.

Pour en savoir plus sur le travail de UN CC :Learn en Afrique de l’ouest, cliquez ici.

L’atelier à mi-parcours a eu lieu à Nakuru, Kenya, et a rassemblé pendant deux jours des parties intéressées en provenance de différents points du pays afin d’avancer dans l’élaboration de la Stratégie nationale d’apprentissage sur les changements climatiques. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur l’effort d’alphabétisation climatique à grande échelle entrepris au Kenya.

L’atelier à mi-parcours, qui a eu lieu les 12 et 13 janvier 2021 à Nakuru, au Kenya, avait pour but d’élaborer le Plan d’action pour la Stratégie nationale d’apprentissage sur les changements climatiques. Il a rassemblé 50 participants des secteurs public et privé, de la société civile, du milieu académique et de la formation, des associations de jeunes et des créateurs du milieu artistique.

Le but de l’atelier était de concevoir un plan d’action axé sur les résultats, qui permette d’aborder les besoins éducatifs et de renforcer les capacités institutionnelles, pour pouvoir répondre à la demande de formation dans les secteurs prioritaires de l’éducation, l’environnement, l’énergie, l’agriculture, l’eau et l’assainissement et l’irrigation, ainsi que dans les thèmes transversaux du renforcement des capacités, la sensibilisation du public, le genre, et la participation des jeunes. La réunion a été officiellement inaugurée par la directrice du Programme de coordination sur les changements climatiques, Mme Pacifica Ogola, au nom du secrétaire principal, du ministère de l’Environnement et des Forêts. Elle a rappelé que le Kenya devra faire preuve de volontarisme pour atteindre l’objectif récemment mis à jour dans ses NDC, qui vise une réduction des émissions industrielles de 32%.  En outre, Mme Ogola a invité les participants à faire preuve d’audace pour concevoir une Stratégie d’apprentissage qui ne se limite pas au contexte actuel du Kenya, une stratégie axée sur tous les kényans qui réalise le principe de « ne laisser personne derrière ».

Dans un esprit d’échange, l’Ambassadeur d’UN CC : Learn, au Ghana, et responsable principal du programme de l’Agence de protection de l’environnement de Ghana (EPA en anglais), M. Emmanuel Tachie-Obeng, s’est adressé aux parties prenantes et a donné un intéressant aperçu sur le parcours du Ghana, depuis l’élaboration de sa stratégie jusqu’aux actions d’apprentissage déjà lancées.

Les participants à cet intense atelier de deux jours se sont fondés sur les résultats d’une évaluation approfondie de l’offre et des besoins d’apprentissage actuels, qui s’est déroulée aux mois de novembre et décembre de 2020. L’évaluation approfondie a mis en œuvre un processus consultatif, impliquant un groupe diversifié de parties prenantes. Plus de 200 participants ont pris part aux discussions de groupe virtuelle, tandis que 59 institutions et 130 personnes ont rempli les deux enquêtes en ligne.

Ce travail a permis d’assoir une référence à l’aune de laquelle pourront être mesurées les actions à réaliser et a donné un important aperçu des actions d’apprentissage proposées dans les différents secteurs, tant au niveau individuel qu’institutionnel, qui mèneront à un changement systémique global.

Le Plan d’action d’apprentissage élaboré à la suite des consultations de l’atelier à mi-parcours marque un tournant dans la manière dont le Kenya aborde les éléments les plus fondamentaux de l’action climatique à travers de la Stratégie d’apprentissage sur les changements climatiques, une approche qui permet à la société de faire partie de la solution.

Ce cours développé par le Centre Régional AGRHYMET (CRA) offre aux étudiants l’opportunité de revisiter les concepts clés du Changement climatique et de maitriser l’ensemble des étapes essentiels du processus de l’intégration du CC dans les politiques de développement et la planification budgétaire afin de favoriser la mise en œuvre des actions prioritaires d’adaptation et d’atténuation.

S'inscrire
  • Changement Climatique
  • Éducation

Cours autonome

4 heures

Bienvenue

Les changements climatiques (CC) constituent une menace importante pour le développement socio-économique des pays en développement et risque de compromettre les chances de relever les défis de réduction de la pauvreté. A cet égard, les impacts potentiels du CC doivent être systématiquement prise en compte dans les politiques sociales et économiques, les projets de développement et les efforts d’aide internationale afin d’asseoir un développement résilient face au changement climatique. Cependant, pour les pays en développement, l’intégration du CC dans le processus de planification du développement représente encore un défi majeur.

Ce module développé par le Centre Régional AGRHYMET (CRA) dans le cadre du programme de formation du Master Changement Climatique et Développement Durable (CCDD) offre aux étudiants l’opportunité de revisiter les concepts clés du Changement climatique et de maitriser l’ensemble des étapes essentiels du processus de l’intégration du CC dans les politiques de développement et la planification budgétaire afin de favoriser la mise en œuvre des actions prioritaires d’adaptation et d’atténuation.

Aussi, ce module de formation offre des informations claires, concises et actualisées pour toute personne intéressée par l’acquisition d’une compréhension globale de la prise en compte du changement climatique dans les politiques de développement aux niveaux national, sectoriel et local.

Ce que vous allez apprendre

L’objectif de ce cours est de former des cadres de haut niveau qui sauront, d’une part, valoriser et capitaliser les connaissances sur la science du climat pour les études d’impact, de vulnérabilité et d’adaptation face au CC, et d’autre part, appuyer l’intégration de la dimension CC dans les politiques et les stratégies nationales, régionales et locales de développement.
Cours en un coup d’œil

Ce cours est composé de quatre (4) leçons :

  1. Comprendre le changement climatique et ses liens avec le développement: Cette leçon propose une introduction sur la relation entre le changement climatique et le développement.
  2. L’intégration du changement climatique dans les politiques nationale, sectorielle, locale: Cette leçon passe en revue tous les processus de prise en compte du changement climatique dans les politiques aux échelles nationale, sectorielle et locale.
  3. L’intégration du changement climatique dans le processus budgétaire: Cette leçon explique les points d’entrée et les étapes clés de la prise en compte du CC dans la formulation du budget national.
  4. L’intégration du changement climatique dans le système de suivi-évaluation: Cette leçon aborde les contours du suivi-évaluation des actions des changements climatiques. Les concepts clés du suivi-évaluation sont d’abord définis.
  5. Quiz: Un dernier quiz évaluant les connaissances acquises pendant le cours. Le quiz contient 10 questions.

Partenaires et contributeurs

Cette formation en ligne a été conçue dans le but d’apporter des réponses à des questions essentielles sur le « mainstreaming » du changement climatique dans les politiques et stratégies de développement. Ce module de formation a été développé par le CRA. Le format e-learning de ce cours a été réalisé par le CRA avec le coaching de l’UNITAR dans le cadre de UN CC:Learn.

Les enfants et les jeunes sont aussi la génération qui devra faire face aux impacts futurs du changement climatique — qu’ils le veuillent ou non. Malheureusement, ils sont la génération qui a le plus à perdre. Mais cela ne dissuade pas un groupe d’enfants entre 9 et 17 ans de faire entendre leur voix, haut et fort dans le monde entier. Leurs actions ont provoqué des ondes de choc et certains ont fait la une des médias. Allons à la rencontre des enfants qui luttent militent en faveur de l’environnement.

En tant que jeune environnementaliste, je remarque que le monde se réveille enfin pour réaliser que le changement climatique est une menace trop sérieuse pour être ignorée. Des groupes écologistes, à mon voisin de palier, les gens prennent sur eux de construire des solutions pratiques qui pourraient sauver la planète, ou du moins, atténuer ses impacts.

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que les enfants participent déjà à ce débat et à raison ! Selon le CIA World Fact Book, les enfants et les jeunes représentent 30% de la population mondiale. Non seulement ils représentent le plus grand groupe de personnes actuellement touchées par le changement climatique, mais ils sont aussi plus vulnérables que les adultes à ses effets néfastes. Les enfants et les jeunes sont aussi la génération qui devra faire face aux impacts futurs du changement climatique — qu’ils le veuillent ou non. Malheureusement, ils sont la génération qui a le plus à perdre.

Mais cela ne dissuade pas un groupe d’enfants entre 9 et 17 ans de faire entendre leur voix, haut et fort dans le monde entier. Leurs actions ont provoqué des ondes de choc et certains ont fait la une des médias.

Allons à la rencontre des enfants qui luttent militent en faveur de l’environnement :

1. Timoci Naulusala

En tant que jeune environnementaliste, je remarque que le monde se réveille enfin pour réaliser que le changement climatique est une menace trop sérieuse pour être ignorée. Des groupes écologistes, à mon voisin de palier, les gens prennent sur eux de construire des solutions pratiques qui pourraient sauver la planète, ou du moins, atténuer ses impacts.

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que les enfants participent déjà à ce débat et à raison ! Selon le CIA World Fact Book, les enfants et les jeunes représentent 30% de la population mondiale. Non seulement ils représentent le plus grand groupe de personnes actuellement touchées par le changement climatique, mais ils sont aussi plus vulnérables que les adultes à ses effets néfastes. Les enfants et les jeunes sont aussi la génération qui devra faire face aux impacts futurs du changement climatique — qu’ils le veuillent ou non. Malheureusement, ils sont la génération qui a le plus à perdre.

Mais cela ne dissuade pas un groupe d’enfants entre 9 et 17 ans de faire entendre leur voix, haut et fort dans le monde entier. Leurs actions ont provoqué des ondes de choc et certains ont fait la une des médias.

Allons à la rencontre des enfants qui luttent militent en faveur de l’environnement :

1. Timoci Naulusala

Mesdames et Messieurs, les discours et les discussions ne résoudront pas le problème, mais joindre les actes à la parole est plus efficace.” — Timoci Naulusala

Le président français, Emmanuel Macron, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président de la COP23, Voreqe Bainimarama.

Le président français, Emmanuel Macron, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président de la COP23, Voreqe Bainimarama.

À seulement 12 ans, son discours d’ouverture à la COP23 à Bonn, en Allemagne, a captivé les dirigeants du monde lors de la conférence annuelle de haut niveau des Nations Unies sur le changement climatique. Appelant le « village planétaire » à ouvrir les yeux sur l’impact du changement climatique, Timoci a déclaré aux dirigeants mondiaux que le jeu du blâme et de l’attentisme était terminé. Son discours, (qui lui a valu le Concours national de discours sur le changement climatique des Fidji), lui a ouvert les portes pour une participation à la COP23, où il a reçu un standing ovation de la part des dirigeants du monde. Découvrez son discours ici.

2. Ridhima Pandey

Ridhima Pandey

Souvent considérée comme la Malala de son Inde natale, Ridhima, 9 ans, sait qu’elle doit hériter des catastrophes climatiques croissantes de son pays. Ridhima n’avait que 6 ans lorsque les inondations ont ravagé l’Uttarakhand en 2013. Les images et les histoires de la catastrophe écologique ont laissé un profond impact dans l’esprit de la jeune fille. Depuis lors, elle est devenue une militante et a conduit une pétition de 52 pages devant le Tribunal vert national sur l’echec du gouvernement à lutter scientifiquement contre le changement climatique et sur la façon dont les lois de protection de l’environnement continuent d’être systématiquement bafouées.

L’élève de cours moyen deuxième année d’Haridwar a été invité à participer à un colloque sur le changement climatique à Paris. Le colloque qui s’est tenue sur le thème « Le droit au service de la justice climatique » fut organisé par une fondation basée à Paris, la Fondation Danielle Mitterrand.

3. Xiuhtezcatl Martinez

L’avenir de notre génération est en jeu”, Xiuhtezcatl Martinez

Xiuhtezcatl Martinez

Xiuhtezcatl (prononcé «Shu-tez-cat»), 17 ans, se considère comme faisant partie de la « génération qui a le plus à perdre » du fait du changement climatique.

Xiuhtezcatl est devenu un activiste du changement climatique à l’âge de 6 ans quand il a vu un documentaire sur l’environnement. En tant que défenseur de l’environnement, M. Xiuhtezcatl a pris la parole au Sommet Rio + 20 des Nations Unies à Rio de Janeiro pour prendre la parole devant l’Assemblée générale des Nations Unies à New-York.

Il est le directeur pour la jeunesse d’Earth Guardians, une organisation de conservation mondiale et a travaillé dur pour obtenir des pesticides hors des parcs et des cendres de charbon contenues. Il est l’un des 21 plaignants impliqués dans un procès mené par des jeunes contre le gouvernement fédéral américain pour son incapacité à protéger l’atmosphère pour les générations futures. Xiuhtezcatl est également un artiste hip-hop et écrit de la musique en faveur du changement climatique. Il a partagé son talent musical avec TedX, Bioneers et les Nations unies.

4. Shalvi Shakshi

Shalvi Shakshi prononçant son discours lors de la Journée de la jeunesse et des générations futures à Bonn, en Allemagne.

Shalvi Shakshi prononçant son discours lors de la Journée de la jeunesse et des générations futures à Bonn, en Allemagne.

Shalvi Shakshi, 11 ans, a sans aucun doute captivé les esprits et les cœurs des personnes participant à un événement Action Jeunesse à la COP 23 à Bonn, en Allemagne. Avec son énergie et son talent oratoire naturel, Shalvi a rappelé à l’auditoire que « chaque personne sur cette Terre a le pouvoir de changer le monde ».

L’étudiante du cours moyen première année était la plus jeune de la délégation fidjienne à assister à la COP 23, mais quand elle a pris la parole, elle a prononcé un discours fort sur l’importance de prendre des mesures fortes pour lutte contre le réchauffement de la planète. Regardez son discours ici.

5. Jaden Anthony

Jaden Anthony

Jaden Anthony, 11 ans, est en mission. Il est l’auteur de Kid Brooklyn, une série de bande dessinée qui vise à présenter aux enfants de 7 à 12 ans les problèmes environnementaux et sociaux qui défient le monde aujourd’hui.

À travers sa bande dessinée, Jaden aborde ces questions grâce à un conte fictif sur un enfant de Brooklyn qui, avec ses amis, reçoit des pouvoirs spéciaux pour sauver la planète des extraterrestres maléfiques (déguisés en grandes entreprises) et des crises environnementales. Vous pouvez obtenir la BD ici.

Pour ces jeunes militants, le changement climatique est inévitable. Ils sont conscients et ont commencé à prendre les choses en main pour créer un meilleur aujourd’hui et un avenir certain. Et vous ? Quelle action climatique prenez-vous aujourd’hui ? Si vous connaissez de jeunes militants écologistes dans votre communauté, nommez-les en nous laissant un commentaire au Twitter, Facebook, or Instagram et nous vous contacterons!

Les moments difficiles requièrent des solutions novatrices ! Alors que la crise de la Covid-19 bouleverse la vie de milliards de personnes, UN CC:Learn a pris toutes les mesures nécessaires pour adapter son fonctionnement à la « nouvelle normalité ». Voici un aperçu de ce qui a été fait pour permettre au programme de continuer à mener ses activités.

La pandémie de la Covid-19 a bouleversé la vie de milliards de personnes à travers le monde. Ceci a modifié de manière spectaculaire la façon dont les gens travaillent, apprennent et interagissent. Ce changement soudain a poussé UN CC:Learn à repenser la manière dont elle opère, surtout au niveau national.  A la suite de multiples consultations en ligne avec tous ses partenaires clés, les plans de mise en œuvre des activités de UN CC:Learn au niveau national, régional et mondial ont été ajustés.

Une nouvelle plateforme Zoom a été créée pour UN CC:Learn, permettant à la fois au secrétariat et à ses partenaires d’organiser des réunions et webinaires avec près de 500 participants. Une méthodologie a été aussi mise au point pour la conversion des ateliers en présentiel en évènements virtuels attrayants ; ces ateliers faisant partie du processus de développement et de mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’Apprentissage en matière de Changement Climatique. Par exemple, une réunion, pour valider le rapport d’information du Kenya et son subséquent Atelier de Planification National, a été tenue entièrement en ligne pendant cet été. Un autre problème qui a émergé, c’est l’intermittente connexion internet dans certaines régions. Il est aussi en train d’être réglé avec l’appui de UN CC:Learn dès que possible.

L’initiative Dialogues des Jeunes sur le Climat, qui a été affectée par la fermeture  des écoles dans beaucoup de pays, est en train d’être réorganisée en des évènements en ligne. C’est aussi le cas des évènements de partage d’expérience entre pays, par exemple, une discussion sur l’apprentissage en matière de changement climatique et de l’économie verte, qui a eu lieu en septembre, dans le cadre de la plateforme régionale de UN CC:Learn en Afrique de l’Ouest et des formations sur le changement climatique.

Au cours des mois derniers, la plateforme d’apprentissage en ligne de UN CC:Learn a connu un pic de trafic, avec de nouveaux utilisateurs y accédant et suivant des cours chaque jour. Ceci peut être dû en partie  aux mesures d’auto-confinement adoptées dans plusieurs pays. Pour aider tous ces nouveaux apprenants, le programme a amélioré encore plus son infrastructure en ligne pour faire face aux trafics de plus en plus croissants et continue de développer de nouveaux produits d’apprentissage, tels que la série de cours en ligne Green Recovery (Relance Verte) et les versions française et espagnole du cours Gender & Environment (Genre & Environnement). Dans ce contexte, UN CC:Learn a récemment  célébré la délivrance de son 100.000ème  certificat. Désormais, UN CC:Learn est impatient de continuer à mobiliser les intervenants à travers une série d’évènements en ligne et de webinaires. La pandémie de la Covid-19 a montré qu’à travers l’innovation et le dialogue, une collaboration peut se poursuivre.

UN CC:Learn est arrivé à un tournant important : la délivrance de 100.000 certificats de réussite au cours sur sa plateforme d’apprentissage en ligne. Et pour saluer cette réalisation importante, un événement en ligne a été organisé le 18 septembre. Pendant une heure, les personnes qui font partie du parcours de UN CC:Learn se sont engagés dans des discussions sur le programme, ses résultats et son avenir.

En septembre 2020, UN CC:Learn a franchi une étape importante : la délivrance du 100.000ème certificat de réussite sur sa plateforme d’apprentissage en ligne. Ce certificat spécial a été délivré le 11 septembre 2020 à une personne qui avait terminé avec succès le cours de Politique Fiscale Verte. Afin de saluer cette importante réalisation, un événement – qui a eu lieu le 18 septembre 2020 – a réuni des personnes, à la fois virtuellement et en présentiel, pour discuter du partenariat et des défis liés à la promotion de l’éducation sur le climat.

L’événement a été organisé sur Zoom et diffusé en direct sur YouTube. 15 personnes ont assisté en personne à la cérémonie et plus de 1000 personnes l’ont suivie en ligne. Les intervenants étaient composés de personnes qui ont contribué au parcours de UN CC:Learn : M. Nikhil Seth, Directeur Exécutif de l’UNITAR, qui a souligné l’importance de continuer à promouvoir l’éducation sur le climat à l’échelle mondiale de manière innovante, M. Angus Mackay, Chef du Secrétariat de UN CC:Learn, qui a noté la diversité de plus en plus grande du public qui suit actuellement les cours de UN CC:Learn ; M. Vincens Coté, qui a été le coordinateur du programme de 2014 à 2017 et qui a évoqué comment tout a commencé il y a 5 ans, et Mme/Mlle Janine Kuriger, Responsable du Programme Mondial pour le Changement Climatique et l’Environnement (GPCCE) à la Direction suisse du Développement et de la Coopération, qui revint sur cette étape importante et les perspectives d’avenir.

Certains organismes partenaires se sont également joints à la célébration. M. Ovais Sarmad, Secrétaire Exécutif Adjoint du Secrétariat des Nations Unies pour le Changement Climatique, a parlé de la contribution qu’apporte UN CC:Learn à la lutte contre la crise climatique et a remercié tous ceux qui ont pris le temps de finir l’un des 27 cours disponibles en ligne. Représentant l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), Dr Elena Manaenkova, qui remplit les fonctions de Secrétaire Générale Adjointe de l’organisation, a souligné l’évolution du programme depuis ses tout débuts et sa pertinence pour une collaboration unique des Nations Unies dans le domaine de l’apprentissage en matière de changements climatiques, soulignant le soutien de l’OMM.

L’événement a été animé par Mme/Mlle Cristina Rekakavas, Coordonnatrice du programme UN CC:Learn. Dans le cadre de cet événement, une vidéo « Behind the Scenes » a été projetée dans le but d’expliquer étape par étape à l’auditoire les processus qui sous-tendent l’élaboration des cours du programme, lui donnant un aperçu du travail quotidien qu’accomplit le Secrétariat de UN CC:Learn.

Pour conclure l’événement, UN CC:Learn a lancé un nouveau défi, engageant les 400.000 anciens apprenants de l’UN CC:Learn dans l’initiative « 100k Stories for Climate Action » qui durera un mois et récompensera les 10 meilleures histoires.

Vous pouvez accéder aux enregistrements de l’événement ici.

Voulez-vous discuter des défis mondiaux que pose le changement climatique avec d’autres jeunes ?

Nous organisons une série de Dialogues Virtuels des Jeunes sur le Climat qui rassemblera des jeunes du monde entier dans une série de discussions sur le climat et l’économie verte.

Saisissez votre chance de participer en vous inscrivant ci-dessous.

COVID-19 a rendu encore plus complexe la crise climatique en cours. Il est maintenant temps de changer le cours que prend notre planète et bâtir un avenir durable. Et ce changement commence avec vous ! Prenez part à notre série de Dialogue Virtuels des Jeunes sur le Climat et saisissez votre chance de débattre des questions sur le changement climatique avec des jeunes du monde entier !

Les jeunes seront les plus touchés par la crise climatique. A travers nos Dialogues des Jeunes sur le Climat, nous mettons à leur disposition une plateforme pour discuter du changement climatique avec leurs pairs du monde entier. Bien que de nombreuses écoles soient fermées à cause de la pandémie de la COVID-19, ces jeunes apprenants peuvent toujours continuer à contribuer aux débats mondiaux sur le changement climatique et influencer les plans de relance liés à la COVID-19 en s’assurant que le changement climatique reste une priorité.

Êtes-vous intéressés? Alors nous vous invitons à nous rejoindre dans une série de Dialogues Virtuels des Jeunes sur le Changement Climatique qui se tiendra en ligne avec des étudiants provenant de différentes régions du monde. Nos Dialogues des Jeunes sur le Climat (YCDs) sont des discussions interactives qui conduisent à une réflexion et un apprentissage personnel. Ne manquez pas l’occasion d’avoir des perspectives différentes sur le changement climatique et ses solutions potentielles.

Regardez la vidéo et soyez inspirés par Yande et Reuben, deux jeunes zambiens qui ont participé aux YCDs en 2019 !

  • Êtes-vous âgés de 15 à 35 ans?
  • Vous souciez-vous du changement climatique ?
  • Votre communauté est-elle touchée par le changement climatique ?
  • Souhaitez-vous discuter de possibles solutions avec d’autres jeunes ?
  • Avez-vous un message lié au climat à partager avec d’autres jeunes ?
  • Avez-vous une histoire liée au climat à raconter?

Si vous avez répondu OUI à une des questions ci-dessus, remplissez le formulaire ci-dessous et choisissez la date qui vous convient le mieux.

Au cours des semaines à venir, nous examinerons toutes les demandes et assisterons toute personne intéressée.  Nous sommes impatients de vous rencontrer bientôt.

La Direction du Changement Climatique au Ministère kenyan de l’Environnement et des Forêts a convié les intervenants pour un événement virtuel, en deux parties, de l’Atelier National de Planification qui a réuni plus de 50 représentants provenant du gouvernement, des institutions nationales d’éducation et de formation, des milieux universitaires et instituts de recherche, de la société civile, du secteur privé, des agences des Nations Unies et des partenaires du développement. Le but de l’atelier était de favoriser une discussion afin de stimuler un processus structuré pour l’élaboration de la Stratégie Nationale d’Apprentissage sur le Changement Climatique.

 

L’Atelier National de Planification a donné un ton collaboratif, engageant aux composants subséquents pour élaborer  la Stratégie d’Apprentissage du Kenya y compris l’Evaluation des Besoins et des Capacités d’Apprentissage. L’atelier virtuel a eu lieu en octobre 2020 et comprenait des observations liminaires de haut niveau de la part de hauts représentants des principaux partenaires de projet, y compris le Groupe de Travail sur le Changement Climatique du Kenya, le Secrétariat de UN CC:Learn et le Dr Pacifica Ogola, Directeur de la Direction des Changements Climatiques au Ministère de l’Environnement et des Forêts qui a prononcé une allocution au nom du Secrétaire Principal, Dr Chris Kiptoo.

« Au Kenya, on estime que le coût économique des inondations et des sécheresses crée un passif budgétaire à long terme équivalant à 3 % du PIB chaque année. Malgré des preuves flagrantes, il y a toujours un écart entre la science, la politique et l’action. Comme le Kenya est en train de mettre à jour sa Contribution Déterminée au niveau National (CDN), l’opérationnalisation des plans et politiques du Kenya nécessitera une population qualifiée qui comprend tous les aspects du changement climatique. La Stratégie d’apprentissage est donc un outil important pour le Kenya pour la réalisation ses objectifs climatiques ambitieux – Dr Chris Kiptoo, Secrétaire Principal, ministère de l’Environnement et des Forêts »

Un des principaux objectifs de l’Atelier National de Planification était de permettre aux intervenants d’identifier les grands domaines prioritaires et les acteurs principaux à impliquer dans le processus d’élaboration de la stratégie pour s’assurer que la stratégie est ciblée et que les subséquentes actions d’apprentissage entreprises créent un impact maximal avec des ressources minimales. Le représentant de la FAO au Kenya, Dr Tobias Takaravasha a souligné le partenariat avec UNITAR/UN CC:Learn pour tirer parti des synergies liées au renforcement des capacités techniques et institutionnelles pour la planification et la mise en œuvre de l’adaptation dans le cadre de son Programme de Préparation-PNA (Plan National d’Action). Dans l’esprit d’échange Sud-Sud, l’ambassadrice de UN CC:Learn de Malawi, Mme/Mlle Shamiso Najira a partagé l’expérience de Malawi et a fourni quelques conseils sur les pratiques exemplaires pour éclairer le processus d’élaboration de la stratégie du Kenya.

Online Workshop in Kenya

Les politiques et cadres nationaux du Kenya sur le changement climatique, l’éducation et le renforcement des capacités servent de base pour l’identification des secteurs pour la stratégie sur le changement climatique, par exemple la CDN et plus explicitement dans le Plan d’Action National sur le Changement Climatique (PANCC 2018-2022) qui définit le renforcement des capacités comme un catalyseur essentiel pour réaliser les actions d’adaptation et d’atténuation prévues dans le PANCC. Les parties prenantes ont discuté et proposé des domaines prioritaires et des acteurs clés compétents à impliquer dans l’élaboration de la stratégie. Les délibérations ont permis de dégager cinq secteurs clés, dont l’éducation, l’environnement, l’énergie, l’agriculture et l’eau, et trois thèmes transversaux : le renforcement des capacités, la sensibilisation du public, le genre et l’engagement des jeunes. Ceci permettra aux secteurs et aux institutions de s’impliquer encore plus dans la définition de la stratégie d’apprentissage sur les changements climatiques.

De plus, les intervenants ont discuté et donné leur avis sur la méthodologie et l’équipe technique qui piloterait la stratégie, ce qui a permis de s’approprier la stratégie, de catalyser la collaboration au-delà du processus d’élaboration de la stratégie et de renforcer sa mise en œuvre. Cette discussion a été suivie d’une réunion avec l’Equipe de Travail Technique, un groupe restreint d’acteurs étatiques et non étatiques alignés sur les secteurs prioritaires, pour discuter des résultats de l’atelier de planification. Ceci a donné l’occasion d’approfondir la méthodologie de la stratégie et de s’entendre sur les rôles et les responsabilités de l’équipe dans le processus de faire de la stratégie une réalité.