UN CC:Learn et EmPower se sont associés pour former plus de 90 personnes de cinq pays asiatiques sur les liens entre l’égalité des sexes, les droits de l’homme, l’action pour le climat et les énergies renouvelables.

 

Lisez la suite pour avoir un aperçu de la formation.

Faciliter l’accès des femmes aux énergies renouvelables peut accroître l’égalité des sexes et renforcer la réalisation de leurs droits, tout en stimulant l’action pour le climat. C’est l’un des principaux enseignements du cours en ligne « Égalité des sexes et droits de l’homme dans l’action pour le climat et les énergies renouvelables », lancé en novembre 2021. Dans le cadre du suivi, UN CC:Learn et EmPower ont à nouveau uni leurs forces pour organiser un atelier en ligne modéré de deux jours sur les sujets du cours dans le but de permettre aux participants de les approfondir.

« L’Atelier en ligne sur l’Égalité des sexes et droits de l’homme dans l’action pour le climat et les énergies renouvelables » a eu lieu les 6 et 7 avril 2022 et a réuni 102 personnes – entre participants et intervenants – pour discuter, entre autres, de la manière dont l’accès des femmes aux énergies renouvelables peut avoir un effet positif sur l’égalité des sexes, les droits de l’homme et l’action pour le climat. L’atelier en ligne visait à contextualiser les connaissances sur ces sujets tout en améliorant le partage d’expériences dans la région Asie-Pacifique. Il s’est principalement concentré sur cinq pays asiatiques : Bangladesh, Cambodge, Indonésie, Sri Lanka et Viêtnam, et a été divisé en quatre sessions principales réparties sur plus de sept heures de formation.

La formation a été élaborée pour atteindre les objectifs d’apprentissage suivants :

Objectifs d’apprentissage – Diapositive tirée de la présentation principale.

Les séances incluaient :

  • Session 1 : Aperçu régional
  • Session 2 : Comprendre l’égalité des sexes et les droits de l’homme dans la politique climatique
  • Session 3 : Genre et changements climatiques – expériences sectorielles
  • Session 4 : Aller de l’avant – et maintenant on fait quoi ?

Chaque session comprenait des présentations liminaires dispensées par des experts, dont trois avec des exercices de groupe modérés et interactifs pour promouvoir le partage d’expériences entre les participants. Les activités de groupe « Partage d’expérience : le statut de l’égalité des sexes dans l’action pour le climat en Asie-Pacifique » et « Concevoir des activités sectorielles sensibles au genre » dans les sessions 2 et 3, respectivement, ont permis aux participants d’échanger et de réfléchir avec leurs pairs, leur permettant ainsi de partager leurs expériences pendant qu’ils travaillaient sur des exercices sur mesure axés sur chaque pays ou secteur. Les participants du premier exercice étaient divisés en 5 groupes, chacun représentant un pays cible tandis que le second exercice les avait divisés en 3 groupes représentant trois secteurs clés : l’énergie, l’agriculture et la foresterie.

« Merci à tous les organisateurs de l’atelier en ligne sur l’égalité des sexes et les droits de l’homme dans l’action pour le climat et les énergies renouvelables. J’ai beaucoup appris.  Il est intéressant de rencontrer autant de personnes de toute la région qui travaillent sur la question. Je suis reconnaissant d’avoir trouvé cet atelier et d’avoir rejoint ce réseau exactement au même moment où je prévoyais d’approfondir cette question. » – Un participant à l’atelier en ligne

Pour participer à l’atelier en ligne, les participants devaient entreprendre un processus de sélection qui consistait à être invités ou nommés par leurs gouvernements ou agences et à remplir un formulaire de candidature en ligne. Ils ont également été encouragés à suivre le cours en ligne avant la formation pour arriver avec un niveau de connaissances et de compréhension similaire.

L’ensemble du processus a été capturé par un artiste visuel qui a dessiné en direct les sujets et les idées discutés.

Représentation visuelle du jour 1

Représentation visuelle du jour 2

 

Disclaimer

Photo principale: Abbie Trayler-Smith/Panos Pictures  

Les changements climatiques affectent de plus en plus la paix et la sécurité à travers le monde, et des facteurs tels que les inégalités sociales et des sexes catalysent les effets de cette tendance désastreuse. Comment peut-on aider à empêcher les changements climatiques de perturber davantage la paix et la sécurité ? La réponse est dévoilée dans ce nouveau cours en ligne, pour lequel les utilisateurs peuvent s’inscrire et découvrir les trois modules.

 

Poursuivez votre lecture et apprenez-en plus sur le cours « Changements climatiques, paix et sécurité : Comprendre les risques de sécurité liés au climat à travers une perspective intégrée ».

Les changements climatiques ont été qualifiés de « problème déterminant de notre époque ». Nous savons que les températures mondiales augmentent, font fondre les glaciers, élèvent le niveau de la mer et provoquent des phénomènes météorologiques extrêmes plus graves et plus fréquents. Mais en quoi ces changements affectent-ils la paix et la sécurité ? Et en quoi les facteurs sociaux, tels que les inégalités de sexe et autres, affectent-ils également ce lien ?

C’est ce que le cours en ligne « Changements climatiques, paix et sécurité : Comprendre les risques de sécurité liés au climat à travers une perspective intégrée » vise à démêler. Ce cours en ligne a été développé conjointement par UN CC:Learn, le PNUE, ONU Femmes, PNUDPA, PNUD et Adelphi, et présente une nouvelle opportunité intéressante d’explorer et de décomposer ces interactions complexes.

Cette expérience d’apprentissage gratuite et interactive, comprenant une interface dynamique avec des vidéos, des infographies, des quiz et plus encore, fournit les connaissances et les outils nécessaires pour analyser et identifier les opportunités visant à favoriser les interventions inclusives en matière de climat, de prévention des conflits et de consolidation de la paix. Le cours est divisé en trois modules progressifs :

  • M1 : Changements climatiques, paix et sécurité
  • M2 : Effectuer une analyse intégrée
  • M3 : Points d’entrée pour l’élaboration des politiques et la conception des programmes

Ce cours est principalement conçu pour responsabiliser les décideurs, les praticiens et les chercheurs. Cependant, toute personne ayant une formation ou intéressée par ces sujets peut également en bénéficier.

Au total, le cours dure environ 4,5 h et permet aux participants de :

  • Identifier les risques de sécurité liés au climat et leurs impacts sur différents groupes de personnes
  • Mener une analyse intégrée des conflits et du climat, notamment via le prisme du genre et de l’inclusion sociale
  • Élaborer des politiques, des stratégies et des interventions programmatiques qui intègrent les changements climatiques, la prévention des conflits, la consolidation de la paix et les objectifs d’égalité des sexes

À la fin de chaque module, les utilisateurs reçoivent un badge, et à la fin de l’intégralité du cours, les participants reçoivent un certificat de l’ONU.

Suivez le cours ici.

En quoi l’égalité des sexes et les droits de l’homme sont-ils liés au changement climatique et aux énergies renouvelables?

 

Le nouveau cours en ligne « Égalité des sexes et droits de l’homme dans l’action pour le climat et les énergies renouvelables » vise à répondre à cette question tout en abordant ces problèmes critiques dans une expérience d’apprentissage de 6 heures.

 

Lisez la suite pour en savoir plus à ce sujet.

 

Les effets du changement climatique sont considérables et concernent tous les aspects de la société, du développement économique à la réalisation des droits de l’homme. En multipliant les menaces existantes, le changement climatique affecte de manière disproportionnée les groupes vulnérables – tels que les femmes, les jeunes, les personnes âgées et les personnes handicapées, réduit leur capacité à s’adapter et à répondre à ses défis, et renforce les inégalités.

Dans ce contexte, UN CC:Learn s’est associé à EmPower, une initiative menée par ONU Environnement et ONU Femmes avec le soutien de l’Agence suédoise de coopération internationale au développement (SIDA), pour développer le cours en ligne « Égalité des sexes et droits de l’homme dans l’action pour le climat et les énergies renouvelables ». Ce nouveau cours en ligne gratuit et autonome vise à doter les décideurs des outils et des connaissances nécessaires pour intégrer le genre et les droits de l’homme dans les politiques et les engagements climatiques tout en expliquant comment développer des actions inclusives d’atténuation et d’adaptation au climat, avec un accent particulier sur le secteur des énergies renouvelables.

À la fin du cours, les participants seront capables de:

  • Décrire le lien entre l’égalité des sexes, les droits de l’homme, les énergies renouvelables et le changement climatique
  • Expliquer comment une approche sensible au genre et fondée sur les droits humains dans l’action climatique engendre des bénéfices économiques, sociaux et environnementaux
  • Reconnaître les engagements internationaux et sectoriels en matière d’égalité des sexes, de droits de l’homme et de changement climatique et leur lien avec les priorités et les politiques nationales
  • Identifier les points d’entrée pour le genre et les droits de l’homme dans la politique et l’action en matière d’énergies renouvelables et de climat
  • Sélectionner et appliquer des outils et des approches pour la promotion d’une action climatique fondée sur les droits de l’homme et sensible au genre
  • Discuter des opportunités ciblées pour les femmes dans le domaine du changement climatique et des énergies renouvelables, avec un accent particulier sur la collaboration multipartite, l’entrepreneuriat dans les énergies renouvelables et l’accès au financement.

Le cours se compose d’un module d’introduction et de deux modules spécialisés. Le premier présente les interconnexions entre l’égalité des sexes et les droits de l’homme dans l’action climatique et les énergies renouvelables. Le module 2 se concentre sur la manière d’élaborer et de mettre en œuvre des politiques et des programmes d’énergie renouvelable sensibles au genre, dans le but de créer davantage d’opportunités pour les femmes d’accéder aux énergies renouvelables et d’en bénéficier. Il accorde une attention particulière à la promotion de l’entrepreneuriat féminin dans le domaine des énergies renouvelables. Le module 3 décrit comment élaborer et mettre en œuvre des politiques et des cadres en matière de changement climatique sensibles au genre et tenant compte des droits de l’homme au niveau national, y compris dans les contributions déterminées au niveau national (CDN) et les plans nationaux d’adaptation (PNA).

Les apprenants sont invités à suivre le premier module d’introduction puis à choisir l’un des deux modules spécialisés selon le parcours choisi. Le Parcours 1 est particulièrement destiné aux experts en énergies renouvelables et aux professionnels des institutions financières. Le Parcours 2 est conçu spécifiquement pour les décideurs politiques en matière de changement climatique et d’économie verte. Les participants peuvent également choisir de suivre les trois modules.

Chaque module comporte quatre leçons, un questionnaire final et dure environ 2 heures. Pour réussir, les participants doivent obtenir une note égale ou supérieure à 70 % à chaque questionnaire final, en trois tentatives maximum. Pour chaque cours terminé avec succès, les participants recevront un badge. Après avoir répondu aux questionnaires du parcours choisi, les participants pourront télécharger leur certificat dans la section « Certification » de la page Web du cours.

Suivez le cours ici. 

Clause de non-responsabilité

Crédit photo de couverture: Photos d’Abbie Trayler-Smith/Panos

Plus de 500 000 personnes ont investi leur temps pour en savoir plus sur le changement climatique et l’économie verte.

Le 31 janvier 2022, UN CC:Learn a franchi le cap important des 500 000 inscriptions sur sa plateforme d’apprentissage en ligne. Cette réalisation s’inscrit dans le contexte d’un débat et d’une prise de conscience accrus sur le changement climatique dans le monde entier, ce qui renforce l’importance de UN CC:Learn dans la promotion de l’éducation au changement climatique et le rôle qu’il joue dans la fourniture de cours en ligne actualisés et accessibles sur le changement climatique et l’économie verte.

Au cours des dernières années, le programme a diversifié son portefeuille et a commencé à offrir une variété de cours différents sur le changement climatique et l’économie verte, tels que le « Changement climatique, paix et sécurité », le nouveau cours en ligne « Introduction à la finance durable » et le dernier cours en ligne « Égalité des sexes et droits de l’homme dans l’action pour le climat et les énergies renouvelables », démêlant des sujets complexes et fournissant des ressources d’apprentissage en ligne informatives, interactives et pertinentes qui s’adressent à différents publics, des experts techniques aux décideurs, et des universitaires au grand public. La pertinence et la diversité du contenu proposé, qui s’appuie sur les connaissances les plus récentes des Nations Unies, associées à une expérience utilisateur engageante, sont essentielles au succès des cours en ligne proposés par UN CC:Learn. Cela se traduit par le taux de conversion élevé de la plateforme: près d’une personne sur trois finit par suivre un cours et obtenir un certificat.

Le multilinguisme, l’adaptation et l’accessibilité sont les pierres angulaires du travail de UN CC:Learn. La plateforme d’apprentissage en ligne suit les directives pour l’accessibilité des contenus Web (niveau AA) et est actuellement disponible en 6 langues. Les utilisateurs qui s’y inscrivent peuvent choisir parmi un éventail de cours différents, dont beaucoup sont proposés en deux langues, voire plus. Actuellement, 16 langues sont représentées sur la plateforme, ce qui améliore l’expérience des utilisateurs en leur permettant de suivre les cours dans leur langue maternelle. Le cours « Maîtriser les plans nationaux d’adaptation: du début à la fin », par exemple, est disponible en anglais et français. Le cours en ligne phare « Changement climatique: De l’apprentissage à l’action » est actuellement disponible en anglaisespagnolfrançais et russe, et une traduction en chinois est en cours. En outre, il propose un contenu spécifique à la région, par exemple via le cours « Consommation et production durables en Afrique », disponible en anglais et français.

À l’avenir, UN CC:Learn continuera d’augmenter et d’améliorer son catalogue de cours tout en explorant d’autres moyens de promouvoir la connaissance du climat et de rendre sa plateforme d’apprentissage en ligne encore plus accessible. En plus des cours déjà en préparation et dont le lancement est prévu dans le courant de l’année, le programme prévoit également d’exploiter le « micro-learning », une manière totalement nouvelle de combiner contenus et expériences. Restez à l’écoute!

Ce cours intitulé « Maîtriser les plans nationaux d’adaptation (PNA) – du début à la fin » présentera aux apprenants plusieurs aspects importants du processus des PNA.  Il vise à améliorer leur connaissance concernant les éléments clés du processus PNA ainsi que les questions pertinentes à ce processus telles que le genre et les informations climatiques dans la formulation et la mise en œuvre des PNA, et le financement des processus des PNA.

S'inscrire
  • Adaptation
  • Changement Climatique
  • Éducation

Cours autonome

3 heures

Bienvenue!

Les effets néfastes des changements climatiques se font de plus en plus sentir, en particulier dans les pays en développement. Ces effets ont un impact important sur le bien-être des communautés plus pauvres et des plus vulnérables, ce qui signifie que l’adaptation est désormais cruciale pour leur survie et leur protection. La réussite d’une planification de l’adaptation au niveau national  exige des connaissances détaillées et des compétences pratiques afin de faire face de manière efficace et efficiente aux enjeux actuels et futurs. 

Le processus des plans nationaux d’adaptation (PNA) a été établi par le Cadre de l’adaptation de Cancún (Cancun Adaptation Framework ;2010) afin de préparer les pays à faire face aux risques climatiques à moyen terme. Les principaux objectifs des PNA sont de réduire la vulnérabilité aux changements climatiques et d’intégrer l’adaptation aux changements climatiques à tous les niveaux de la planification.  Les PNA demandent la création d’une base de données plus solide et l’amélioration des compétences et des capacités.  En outre, ils doivent être menés, tenir compte de la dimension de genre, être participatifs et utiliser des approches transparentes. 

Ce cours intitulé « Maîtriser les plans nationaux d’adaptation (PNA) – du début à la fin » présentera aux apprenants plusieurs aspects importants du processus des PNA.  Il vise à améliorer leur connaissance concernant les éléments clés du processus PNA ainsi que les questions pertinentes à ce processus telles que le genre et les informations climatiques dans la formulation et la mise en œuvre des PNA, et le financement des processus des PNA.   Ce cours interactif et à compléter à son rythme guidera les apprenants à travers les différents aspects du processus des PNA.

Qu’allez-vous apprendre?

Au terme de ce cours, les participants seront en mesure de : 

  • Discutez de l’importance de l’inclusion de diverses parties prenantes et institutions dans le processus du PNA.
  • Citez quelques exemples de données et d’informations climatiques importantes nécessaires au processus du PNA, et discutez de leurs sources possibles au niveau local et international.
  • Expliquez comment la planification de l’adaptation aux changements climatiques pourrait être intégrée dans différents secteurs socio-économiques sensibles au climat.
  • Discuter des sources nationales et internationales de financement de l’adaptation au climat les plus communes et pertinentes pour les PNA.

Le cours en un coup d’œil

Le cours se compose de trois modules complémentaires, dont la durée moyenne est d’une heure : 

  • Module 1 : Exploration et développement d’un PNA
  • Module 2 : Mise en œuvre et évaluation d’un PNA
  • Module 3 : Financement du processus du PNA

À qui s’adresse ce cours?

Le cours fournira des informations claires, concises et actualisées à toute personne souhaitant explorer les aspects importants du processus des PNA. Il devrait présenter un intérêt particulier pour les publics suivants :

  • Les responsables politiques et les fonctionnaires des PMA (les pays les moins avancés) et d’autres pays en développement travaillant sur les PNA, qui souhaitent mieux comprendre les étapes de la planification nationale de l’adaptation et les défis qui peuvent se présenter en cours de route.
  • Experts techniques dans les secteurs sensibles au climat, désireux de mieux comprendre les liens intersectoriels entre les changements climatiques et leurs secteurs.
  • Responsables politiques et spécialistes techniques souhaitant comprendre le financement de l’adaptation au climat
  • Les universitaires et le grand public souhaitant améliorer leurs connaissances sur le processus d’adaptation.

Méthodologie

Le cours à compléter à son rythme et n’est pas modéré. Il a été divisé en trois modules.  Nous vous recommandons de parcourir les modules de manière séquentielle pour une expérience d’apprentissage optimale, en commençant par le module 1 qui se concentre sur les phases de formulation et de planification du processus du PNA ; le module 2 se concentre sur les phases de mise en œuvre et d’évaluation du processus du PNA et se termine par le module 3 qui se concentre sur le financement du processus du PNA.  

Chaque module contient un contenu interactif et une évaluation non sommative pour vérifier votre compréhension.  Chaque module prend environ une heure à compléter. Les modules contiennent également une multitude de liens vers d’autres ressources sur les questions abordées, mais ces liens sont destinés à une lecture supplémentaire si cela vous intéresse. Ces ressources additionnelles ne feront pas partie du quiz final à la fin de chaque module.  

Chaque module comporte un quiz final pour évaluer l’atteinte des objectifs d’apprentissage. L’évaluation contient 10 questions à choix multiples. Après avoir réussi l’évaluation finale de chaque module avec au moins 70% de bonnes réponses en 3 tentatives, le participant débloque automatiquement un badge par module. Après avoir obtenu les 3 badges pour chaque module, le participant pourra automatiquement télécharger un certificat d’achèvement des Nations Unies à partir de l’onglet Certification. 

Niamey, 20 avril 2021[visioconférence] –Le Centre régional AGRHYMET (CRA) de Niamey vient de lancer officiellement, mardi, son premier cours en ligne intitulé ‘’Intégration du changement climatique dans les politiques nationales, sectorielles et locales’’. Ce cours en ligne est élaboré par le CRA, avec l’appui de l’UNITAR dans le cadre d’une convention de partenariat signée le 17 décembre 2018 entre les deux institutions. Cette session de formation en ligne du CRA, a été conçue dans le but d’apporter des réponses à des questions essentielles sur le ‘’mainstreaming du changement climatique dans les politiques et stratégies de développement.

Lors de son intervention Cristina Rekakavas, coordonnatrice du programme  UNCC Learn, auprès de l’Institut  des Nations unies  pour la formation et la recherche(UNITAR) a rappelé que  ce programme  a été initié en 2009  et comprend 36 agences multilatérales pour soutenir  les pays dans la conception  et la mise en œuvre  d’un apprentissage durable afin de faire face aux changements climatiques. « Cette plateforme vise à promouvoir  une approche systématique  à l’apprentissage  en matière des changements climatiques à  travers  le partage de méthodologies et d’expériences entre autres » a renchéri madame Rekakavas.

« En tant qu’institut de formation des Nations unies,  nous  sommes ravis d’avoir contribué au processus de création du cours en ligne en collaboration avec le CRA et ainsi, partager  notre expertise accumulée au cours de plusieurs années dans le domaine de la formation à distance» s’est réjouie la coordonnatrice.

Rappelant l’objectif du partenariat, le Professeur Sanoussi Atta, Directeur général par intérim du CRA, a souligné qu’il « vise à renforcer les capacités des futurs et actuels professionnels (incluant les femmes/jeunes filles) des pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest sur le changement climatique ».

Parmi les actions réalisées avec l’UNITAR, M. Atta a cité deux ateliers régionaux à l’endroit des points focaux ACE des 13 pays du CILSS. À cet effet, l’un des ateliers, organisé du 29 au 02 août 2019, avait pour thème ‘’Finance climatique, le système MRV et les stratégies nationales d’apprentissage en changement climatique’’. Quant à l’autre, tenu du 17 au 21 février 2020, portait sur ‘’L’élaboration de stratégies nationales d’apprentissage sur les changements climatiques’’.

En sus, l’UNITAR a également mis le CRA en relation avec d’autres institutions des pays du CILSS pour d’éventuelles collaborations dans le cadre de la création et la mise à disposition de modules en ligne sur divers aspects liés à l’économie verte, au changement climatique et autres problématiques, a ajouté, le directeur par intérim. Il s’agit des institutions comme l’ENEF et l’UFIC au Burkina Faso et l’ENA au Sénégal. Dans l’optique de renforcer les capacités des acteurs, l’UNITAR a assuré du 18 au 22 mars 2019, une formation des experts du CRA sur l’e-learning.

Revenant sur la session en ligne lancée, Sanoussi Atta a indiqué qu’elle fait partie des stratégies du CRA pour réduire les coûts de formation, mais aussi pour une massification des cadres formés. Le CRA a déjà eu des expériences de formation continue mixte (à distance et en présentiel). Néanmoins, c’est la première fois, qu’il élabore un cours en ligne dans le cadre des formations diplômantes, a renseigné, le professeur Atta.

Il a rappelé que la prise en compte du cours sur l’intégration du changement climatique dans les politiques  de formation du CRA a été rendue possible en 2013 avec le projet régional ‘’Alliance Mondiale contre le Changement Climatique (AMCC)’’, financé par l’Union européenne en partenariat avec la facilité climatique du projet basé au secrétariat ACP à Bruxelles.

La deuxième phase de ce projet (AMCC+ 2018-2022), poursuit l’appui au CRA pour le développement du e-learning dans le cadre d’un partenariat entre Expertise France, qui assure la maitrise d’œuvre, la Communauté des Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et le Comité inter-État de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), a signalé le Directeur Général par intérim du CRA.

Ainsi, a-t-il souligné, « le cours développé par le CRA rentre dans le cadre du programme de formation du Master en changement climatique et développement durable (CCDD). Il offre aux étudiants, l’opportunité de revisiter les concepts clés du changement climatique et de maîtriser l’ensemble  des étapes essentielles du processus  de l’intégration du changement climatique dans les politiques  de développement et la planification budgétaire  afin de favoriser la mise en œuvre des actions  prioritaires d’adaptation  et d’atténuation ».

Lors des échanges, les participants ont suggéré d’élargir l’offre thématique et de créer une plateforme d’échange entre les différents alumni du CRA et du programme  UNCC Learn, de l’Institut  des Nations unies  pour la formation et la recherche(UNITAR)

Lien du cours : https://unccelearn.org/course/view.php?id=121&page=overview

Asha Alexander est la directrice d’une école primaire à Dubaï et championne de UN CC:Learn. Elle a transformé la manière dont le changement climatique est abordé dans les programmes scolaires. Elle a beaucoup contribué à améliorer les connaissances des élèves sur les questions climatiques et elle les encourage, ainsi que les enseignants, à agir en faveur du climat. Découvrez son histoire, les initiatives qu’elle a lancées dans son école et la manière de les reproduire dans la vôtre.

Je m’appelle Asha Alexander et je suis la directrice de l’école primaire The Kindergarten Starters, qui a plus de 5 000 élèves, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. Je suis également directrice exécutive chargée du changement climatique chez GEMS Education.

Photo: Asha Alexander

Photo: Asha Alexander

En tant qu’école primaire isolée au cœur d’un riche émirat pétrolier, nous étions peut-être les candidats les plus improbables pour mener le combat contre le changement climatique. Cependant, un matin, je suis tombée sur un article de journal où il était question d’un instituteur local qui avait obtenu une certification en matière de changement climatique. Cela a éveillé ma curiosité, et j’ai suivi le lien vers la plateforme UN CC:Learn. Une semaine plus tard, j’avais reçu une certification UN CC:Learn et je détenais plus de connaissances que je n’aurais jamais imaginé sur le changement climatique. J’ai alors su que le moment était venu de changer notre école et toutes les écoles du monde.

En l’espace d’un mois, l’école comptait 327 enseignants certifiés par les Nations unies dans le domaine du changement climatique. Chacune des 162 salles de classe est désormais équipée pour dispenser l’enseignement sur le changement climatique, dans le cadre du programme scolaire, en reliant ces objectifs aux problèmes réels qui se posent dans le désert qui nous entoure, qu’il s’agisse de la conservation de l’eau ou de l’élimination du plastique à l’école. Les enfants, tout aussi enthousiastes, ont commencé la saison d’automne en s’engageant à planter 15 000 arbres par an dans le cadre du projet « Planter un héritage » (Plant a Legacy). Ils sont allés dans le désert pour planter le ghaf, un arbre local, et se sont mis d’accord avec plus de 40 organisations locales pour planter des arbres dans leurs locaux. Ces efforts ont attiré l’attention d’autres écoles, mais aussi des médias, au point que le journal The Guardian a réalisé un bref reportage vidéo sur le modèle d’enseignement sur le climat de l’école.

Photo: Asha Alexander

Photo: Asha Alexander

Moins d’un mois plus tard, je suis allée à Madrid pour assister à la COP 25. Déçus par le manque d’attention accordée à l’éducation au climat, nous avons décidé de créer une nouvelle plateforme pour amplifier la voix des élèves. C’est là qu’est née la première exposition sur la Conférence des Parties des écoles (School Conference of Parties Expo, ou SCOPE ). Ce qui était au départ une entreprise visant à faire entendre la voix de nos propres élèves s’est maintenant étendu, avec 50 écoles, du Costa Rica à l’Australie, qui se sont inscrites à SCOPE 2020 pour participer aux débats et aux discussions sur le climat.

L’objectif de SCOPE 2020 est de donner à des élèves la possibilité d’acquérir des connaissances approfondies et de mener des recherches poussées sur le changement climatique et d’acquérir des compétences globales de résolution collaborative de problèmes. Le projet vise, grâce à l’intégration de la culture climatique dans les écoles, à réunir le corps enseignant et les étudiants dans un dialogue et un questionnement permanents, afin de trouver les pratiques les plus durables. Il s’agit également d’une plateforme permettant à de jeunes étudiants militants pour le climat de partager leur parcours et d’inspirer, nous l’espérons, des milliers d’autres personnes.

Si nous arrivons à nous faire entendre, nous espérons que les gouvernements et les décideurs politiques feront le nécessaire pour que l’enseignement des questions climatiques soit intégrée dans toutes les écoles du monde, afin que les élèves ne perdent jamais de vue l’urgence de réduire les émissions, de restaurer nos habitats et de protéger notre planète pour l’avenir. Mais l’histoire ne finit pas là. Sa conclusion sera façonnée par les enseignants qui auront amélioré leur formation et par les élèves qui auront été changés à jamais par ce qu’ils ont appris.

Participez :

Votre école aborde-t-elle le changement climatique dans les programmes scolaires ? Racontez-nous votre expérience sur FacebookInstagram ou Twitter et étiquetez UN CCLearn. Nous avons hâte de vous écouter !

Si vous êtes enseignant, que vous souhaitez en savoir plus sur le changement climatique et gagner en confiance pour inclure ce sujet en classe, accédez à notre programme dédié aux enseignants ici.

Maurici Tadeu est l’un des champions de l’initiative UN CC:Learn 2020. Il a créé une école, la Lighthouse School (« l’école phare »), dont l’objectif est d’enseigner les effets négatifs du changement climatique sur l’environnement et la société, et d’encourager les actions en faveur d’une planète plus durable. Découvrez le parcours de Maurici et comment la Lighthouse School a contribué à la mise en œuvre d’activités à faible émission de carbone dans la communauté.

Leia a história na integra em Português clicando aqui.

Je m’appelle Maurici Tadeu et l’environnement où j’ai grandi ne m’a pas fourni les outils nécessaires pour m’informer sur les questions environnementales, et en particulier sur le réchauffement climatique. Tout ce que j’ai appris est le fruit de mon intérêt personnel. Je me souviens d’une phrase qui, à l’époque, m’a marqué : il faut penser à l’échelle mondiale, mais agir à l’échelon local. N’ayant que peu de moyens, je ne pouvais apprendre que dans le cadre de cours et d’activités gratuits. Par l’intermédiaire d’amis, j’ai appris l’existence du cours UN CC :Learn sur le changement climatique, disponible gratuitement en ligne, et j’ai décidé de le suivre.

Photo: Maurici Tadeu

Photo: Maurici Tadeu

Grâce à tout ce que j’ai appris grâce à ce cours, j’ai pu constater qu’en fait, j’ignorais en grande partie les causes du changement climatique. Je me suis rendu compte que je me trompais sur les variables anthropiques, y compris, bien entendu, mes propres actions quotidiennes. Le cours m’a incité à me poser une question : quel est mon rôle dans tout cela, comment puis-je contribuer à une planète plus durable ? C’est alors que je me suis dit qu’il fallait chercher des actions de proximité, au sein de la communauté, trouver ensemble des alternatives. Ma vision a changé. Je comprends maintenant la gravité du problème : le changement climatique aura des retombées importantes sur différentes facettes de la vie humaine. Nous devons prendre des mesures efficaces et rapides, au défaut de quoi, nous risquons de voir la température de la planète atteindre des niveaux qui entraîneront une cascade de catastrophes.

Slope and erosion protection | Photo: Maurici Tadeu

Slope and erosion protection | Photo: Maurici Tadeu

Nous avons donc créé une petite école, que nous avons baptisée « l’école phare ». Cette école est un effort collectif ; il s’agit d’un groupe de personnes qui, au sein de la communauté réfléchissent aux questions environnementales les plus urgentes. Le mot « phare » reflète ce que nous voulons être, une lumière qui sert de guide sur la voie de l’éducation, qui nous aide à changer notre vision du monde à partir des éléments de base tirés du cours CC:Learn. Nous avons pris un vieux hangar et l’avons transformé, pour en faire en une petite école. Nous avons téléchargé le contenu du cours au format PDF et Power Point, en utilisant un vieil ordinateur, et nous nous sommes réunis chaque lundi. Puis, nous avons divisé différemment les matières pour éviter les lourdeurs et relu certains textes pour faciliter l’appréhension et l’exposition des bases théoriques et scientifiques. Enfin, nous avons contextualisé les contenus, grâce à des exemples proches de notre réalité. Ces efforts ont permis aux gens de mieux appréhender les concepts et de faire le lien entre le réchauffement climatique et leurs pratiques quotidiennes. Pendant les cours nous évaluons nos observations à l’échelon local et encourageons les initiatives communautaires. Ces activités viennent s’ajouter à d’autres stratégies de réduction des risques de catastrophe axées sur un développement à faible émission de carbone.

Completion of the lighthouse school. Location of climate change courses. Photo: Maurici Tadeu

Completion of the lighthouse school. Location of climate change courses. Photo: Maurici Tadeu

Nous espérons pouvoir bientôt coopérer avec les écoles formelles de notre région pour qu’elles intègrent les questions climatiques dans leur programme, et élaborer, en partenariat avec elles, du matériel pédagogique de qualité, pour faciliter l’enseignement, ainsi que la formation des enseignants, et protéger à l’avenir les structures éducatives de notre région contre les impacts environnementaux. Nous espérons être à la hauteur de l’appel mondial à améliorer l’avenir de notre planète, grâce à de simples changements des comportements, qui dépendent plus de la volonté des gens que d’un soutien financier. Nous sommes persuadés que nous pouvons être une balise, qui montre la voie vers une attitude d’adaptation et de prise en charge, en proposant des actions préventives basées sur des faits scientifiques, depuis une approche pédagogique simple et peu coûteuse.

Receiving children for field days and ecological activities. Photo: Maurici Tadeu

Receiving children for field days and ecological activities. Photo: Maurici Tadeu

Au moment de la publication de cet article, M. Maurici a été nommé nouveau secrétaire à l’éducation de sa municipalité et souhaite intégrer l’apprentissage du changement climatique dans les programmes scolaires, trouver des partenaires pour élaborer des supports d’apprentissage et assurer la formation des enseignants.

Participez :

Avez-vous connaissance d’une initiative similaire dans votre communauté ? faites-nous-en part sur FacebookInstagram ou Twitter et étiquetez UN CC:Learn. Nous serons ravis d’entendre votre histoire !

La plateforme ouest-africaine d’apprentissage sur les changements climatiques a initié la campagne ouest-africaine d’apprentissage sur les changements climatiques en collaboration avec le Ministère du Cadre de Vie et du Développement durable du Bénin avec l’appui technique de l’UN CC:Learn/UNITAR). Il a été question de donner l’opportunité aux téléspectateurs et auditeurs de la chaîne nationale publique et aux Béninoises et Béninois plus généralement de s’approprier le concept des changements climatiques avec le lexique qui l’entoure afin de susciter l’éco-responsabilité face aux préoccupations climatiques.

Rendre accessible le concept du changement climatique aux néophytes, tel a été le défi du Ministère du Cadre de Vie et du Développement durable du Bénin avec l’appui technique de l’UN CC :Learn/UNITAR. Cette campagne, pilotée par la plateforme ouest-africaine d’apprentissage sur les changements climatiques, s’est inscrite dans la promotion de l’écocitoyenneté et du renforcement de capacités des différentes parties prenantes. À cet effet, le mois de février 2021 a été choisi pour sensibiliser et faire découvrir la notion des changements climatiques à travers deux grandes activités : d’une part la ‘’Parole aux experts’’, qui est composée des débats télévisuels et radiophoniques ; d’autre part, les ‘’Jeux concours radiophoniques’’, qui ont pour objectif d’impliquer et de responsabiliser davantage les jeunes dans la lutte contre les changements climatiques.

Débattons sur le climat

La notion du climat au sens large et particulièrement les questions de changements climatiques sont toujours pensées réservées aux experts du Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC). C’est cette conception que les débats ont voulu rompre à travers les thèmes abordés afin que toutes les cibles soient renforcées dans la compréhension de ce sujet, qui est depuis quelques années le thème des différentes Conférences des Parties (COP). Les téléspectateurs du Bénin ont suivi le 02 février dernier d’abord le débat sur le thème ‘’Les savoirs et connaissances endogènes des peuples autochtones et des collectivités locales en lien les changements climatiques’’ sur les ondes de la chaîne nationale publique. Il s’est agi de démontrer aux Béninois et Béninoises l’importance des peuples autochtones dans la compréhension du climat et surtout leur participation dans la mise en place des mesures d’atténuation et d’adaptation.

Ensuite, le 04 février 2021 toujours sur la télévision nationale publique, le sujet a porté sur ‘’Les financements climatiques (architecture et procédures d’accès)’’, qui ont conduit les experts à aborder les notions de pollueur-payeur, crédits carbones entre autres. Enfin sur les ondes radiophoniques de la chaîne nationale publique, le débat s’est intéressé aux questions de ‘’Négociations intergouvernementales sur les changements climatiques : organisations et fonctionnement’’ où les auditeurs ont pu mieux comprendre la notion de négociateurs climat.

Cérémonie de clôture

Cérémonie de clôture

Rendre ludique la notion du changement climatique

C’est le pari que se sont lancés les organisateurs de cette campagne ouest-africaine d’apprentissage sur les changements climatiques. Pour toucher un public large, les jeux concours ont utilisé la radio. Retransmis tous les mardis et jeudis du mois de février 2021 de 12 h à 12 h 30, les jeux concours ont porté sur les changements climatiques. La cible visée est âgée de 20 à 30 ans avec un niveau licence et Master. Les sujets abordés allaient des généralités sur les changements climatiques en passant par l’atténuation et l’adaptation ; genre et changements climatiques et les actions menées par le Bénin pour faire face aux changements climatiques entre autres. À la sortie des jeux concours, huit lauréats ont été sélectionnés et bénéficieront d’une offre de cours en changements climatiques dispensée par le Centre Régional Agrhymet de Niamey, partenaire d’UN CC:Learn. Aussi, ont-ils pu recevoir des présents tels que des tablettes, des vélos, des tee-shirts entre autres.

Cérémonie de clôture

Cérémonie de clôture

Comment le changement climatique peut-il avoir un impact sur les épidémies de maladies telles que le Zika ou la Dengue ? Andrea Monroy-Licht, notre championne de l’initiative UN CC:Learn, a dirigé un projet intitulé Salud 1.5º.  Cette initiative vise à encourager les élèves à agir contre les risques sanitaires liés au changement climatique et au réchauffement de la planète. Cette enseignante colombienne de Barranquilla a déjà apporté des changements positifs dans sa communauté et souhaite reproduire ce projet dans d’autres villes. Découvrez ses activités d’éducation environnementale sur les questions de changement climatique, qui visent à atténuer les effets associés aux maladies à transmission vectorielle.

Je m’appelle Andrea Monroy-Licht, je suis professeure à la Universidad del Norte et avec mon collègue Ricardo Gutierrez, nous dirigeons le cours de Biologie cellulaire.

Photo: Andrea Monroy-Licht

Photo: Andrea Monroy-Licht

Ce cours est dispensé aux étudiants de Médecine du premier semestre à la Universidad del Norte de Barranquilla (Colombie). Le cours de la santé et le changement climatique de UN CC:Learn nous a incités à modifier la manière dont nous abordons les questions de changement climatique et de réchauffement planétaire avec les étudiants du cours de biologie cellulaire. Le cours montre que l’augmentation de la température entraîne l’activation des processus de migration des vecteurs tels que les moustiques vers d’autres régions, augmentant ainsi la probabilité d’apparition de maladies telles que le Zika, la dengue, le chikungunya et le paludisme (ou malaria) dans des régions où ces épidémies n’étaient pas fréquentes. De la même façon, dans de nombreuses régions, les températures élevées ont tendance à augmenter le risque de maladies cardiovasculaires liées au choc thermique. Ces évidences nous a conduit à créer le projet Santé 1.5ºC. Il s’agit d’un espace pour améliorer les compétences de jugement critique autour de la relation entre la santé de la planète et la santé humaine.

Cette initiative a l’intention de sensibiliser les étudiants par des actions contre les risques sanitaires, liés au changement climatique et au réchauffement de la planète, à travers un projet de gestion environnementale. Quatre thèmes sont travaillés en parallèle :

  1. les maladies liées au choc thermique,
  2. les maladies à transmission vectorielle (par exemple les moustiques),
  3. les risques sanitaires liés à la pollution de l’eau par les microplastiques et
  4. les effets des polluants environnementaux tels que les perturbateurs endocriniens.
Photo: Andrea Monroy-Licht

Photo: Andrea Monroy-Licht

Le projet concerne 159 étudiants et 48 familles. Dans ces familles, les étudiants exécutent des actions liées à l’éducation environnementale sur les questions de changement climatique ainsi que des actions visant à atténuer dans ces foyers les effets associés aux maladies à transmission vectorielle grâce à des campagnes de prévention et de réduction des sources qui induisent la prolifération des moustiques-vecteurs. En ce qui concerne les maladies liées au choc thermique, les élèves exécutent des actions telles que la plantation d’arbres et des initiatives écoenvironnementales pour réduire les températures élevées dans certaines parties de leur maison. Pour les microplastiques, les étudiants mènent des campagnes pour le recyclage, la réutilisation et la réduction de ce type de matériaux dans leurs foyers. En ce qui concerne les substances chimiques susceptibles de perturber le système endocrinien, les élèves informent leurs familles des risques que présentent ces substances pour leur santé et pour les écosystèmes lorsqu’elles sont rejetées par des personnes. De la même façon, ils proposent des produits naturels alternatifs de bas impact environnemental.

Photo: Andrea Monroy-Licht

Photo: Andrea Monroy-Licht

Avec le projet Santé 1.5ºC, nous espérons que de plus en plus de personnes se joindront à ces initiatives. Jusqu’à cette date, 461 personnes ont participé : 199 étudiants et 262 membres de leur famille. Le projet continue de fonctionner même en cas de pandémie, ce qui nous remplit de joie, car pour prendre soin de la planète, il n’y a pas d’excuses. Ce projet démontre que de nombreuses actions peuvent être mises en œuvre pour atténuer le changement climatique et la pollution de la planète avec l’engagement de chacun d’entre nous. Les plans futurs consistent à consolider une stratégie qui puisse être reproduite dans d’autres matières, universités, villes et que nous puissions continuer à ajouter des actions pour notre planète et pour notre santé.

S’engager avec nous:

Parlez-nous des actions durables que vous menez chez vous, à l’école ou sur votre lieu de travail et qui contribuent à la lutte contre le changement climatique. Partagez avec nous sur Facebook, Instagram ou Twitter. Toute action est souvent préférable à l’absence d’action.

Commencez votre voyage d’apprentissage :

Accédez à notre plateforme d’apprentissage en ligne sur unccelearng.org et suivez des cours gratuits sur le changement climatique et l’économie verte. Si vous ne savez pas comment commencer, rejoignez notre communauté d’apprentissage et accédez à notre cours gratuit sur la santé humaine et le changement climatique.