Karen Miranda est notre championne CC:Learn de l’ONU en 2020. Elle a grandi dans une petite ville rurale du Panamá. Après avoir suivi le cours UN CC:Learn, elle a commencé à se consacrer aux causes liées au changement climatique au Panamá et dirige actuellement une organisation de jeunesse. Lisez son histoire et découvrez le chemin qu’elle a parcouru et les changements positifs que son organisation a promus dans son pays.

Je m’appelle Karel Miranda, j’ai 27 ans, je suis du Panama, de la province de Chiriquí.

Photo: Karel Miranda

Photo: Karel Miranda

J’ai grandi dans une petite ville rurale qui s’appelle Santa Clarita, entourée par la nature, entre plantations de café et forêt. Au fil du temps, tout cela a changé et j’ai commencé à m’inquiéter de la situation. Le climat n’est plus aussi frais, il n’y a plus autant d’arbres qu’avant et le paysage a totalement changé. Mon inquiétude m’a conduit à étudier la Biologie à l’université, où j’ai pris connaissance du changement climatique, ce qui m’a incité à vouloir en savoir plus, et j’ai trouvé la plateforme UN CC:Learn.

J’ai suivi le cours d’Introduction au changement climatique, qui m’a permis d’acquérir des notions de base sur le changement climatique et m’a aidé à comprendre d’une façon plus approfondie ce problème. Le changement climatique est plus qu’une simple augmentation de la température mondiale. Il s’agit de la plus grande crise à laquelle l’humanité est confrontée et elle concerne tous les secteurs économiques, sociaux et environnementaux de la planète. Le cours m’a aidé à voir au-delà d’un problème environnemental et j’ai compris que nous sommes tous vulnérables, mais certains secteurs, écosystèmes et populations plus que d’autres.

Photo: Karel Miranda

Photo: Karel Miranda

Ce cours a marqué le début d’une grande action pour ma vie. Après l’inscription au cours, j’ai voulu en savoir plus et je voulais connaître la position de mon pays sur cette question. Cela m’a conduit à m’inscrire et j’ai été sélectionné pour participer à la première Académie des Jeunes Leaders sur le Changement Climatique dans mon pays, organisée par le Ministère de l’environnement. Pendant une semaine, j’ai appris comment diriger des initiatives pour combattre le changement climatique. À la fin de l’académie, avec d’autres jeunes, nous avons décidé de créer la Organización Jóvenes Frente al Cambio Climático de Panamá (Organisation des Jeunes Face au Changement Climatique du Panama). Nous nous sommes imposés comme l’organisation de référence en matière de changement climatique dans notre pays. Notre base principale est l’éducation au changement climatique et la participation des citoyens, afin que les lois relatives à la crise climatique soient appliquées dans notre pays.

En 2019, j’ai été l’une des 100 sélectionnés parmi 7 000 jeunes du monde entier pour participer au premier sommet des jeunes des Nations Unies sur le climat à New York en tant que militant pour le climat. C’était l’une des expériences les plus significatives de ma vie, où j’ai pu représenter tous les jeunes de mon pays qui veulent apporter des changements significatifs pour un monde meilleur pour les générations actuelles et futures.

Photo: Karel Miranda

Photo: Karel Miranda

En 2020, la Organización Jóvenes Frente al Cambio Climático de Panamá a participé au Foro Crisis Climática y Agua (Forum sur la crise climatique et l’eau), où nous avons fait une déclaration dans laquelle nous appelons tous les ministères, institutions et organisations du pays à travailler de manière urgente et interconnectée pour faire face à l’urgence climatique. La pandémie actuelle du virus COVID ne nous a pas arrêtés. Nous soutenons virtuellement la mise à jour des Contributions déterminées au niveau national (NDC pour son sigle en anglais) et de la Loi sur le Changement Climatique de notre pays. Personnellement, le cours m’a incité à mener une vie plus durable et à créer une organisation qui m’a permis de partager ce que j’ai appris avec d’autres personnes.

S’engager avec nous:

Êtes-vous impliqué dans une organisation qui lutte contre le changement climatique ? Dites-nous ce que vous faites et nous serons heureux d’entendre votre histoire. Écrivez-nous sur Facebook, Instagram ou Twitter.

Commencez votre parcours d’apprentissage :

De petits pas peuvent conduire à des changements importants. Inspirez-vous de nos champions et commencez dès aujourd’hui à vous former sur le changement climatique grâce à notre plateforme d’apprentissage en ligne www.unccelearn.org. Après avoir lu l’histoire de Karel, vous serez peut-être intéressé à commencer à suivre les cours suivants :

Maurici Tadeu est l’un des champions de l’initiative UN CC:Learn 2020. Il a créé une école, la Lighthouse School (« l’école phare »), dont l’objectif est d’enseigner les effets négatifs du changement climatique sur l’environnement et la société, et d’encourager les actions en faveur d’une planète plus durable. Découvrez le parcours de Maurici et comment la Lighthouse School a contribué à la mise en œuvre d’activités à faible émission de carbone dans la communauté.

Leia a história na integra em Português clicando aqui.

Je m’appelle Maurici Tadeu et l’environnement où j’ai grandi ne m’a pas fourni les outils nécessaires pour m’informer sur les questions environnementales, et en particulier sur le réchauffement climatique. Tout ce que j’ai appris est le fruit de mon intérêt personnel. Je me souviens d’une phrase qui, à l’époque, m’a marqué : il faut penser à l’échelle mondiale, mais agir à l’échelon local. N’ayant que peu de moyens, je ne pouvais apprendre que dans le cadre de cours et d’activités gratuits. Par l’intermédiaire d’amis, j’ai appris l’existence du cours UN CC :Learn sur le changement climatique, disponible gratuitement en ligne, et j’ai décidé de le suivre.

Photo: Maurici Tadeu

Photo: Maurici Tadeu

Grâce à tout ce que j’ai appris grâce à ce cours, j’ai pu constater qu’en fait, j’ignorais en grande partie les causes du changement climatique. Je me suis rendu compte que je me trompais sur les variables anthropiques, y compris, bien entendu, mes propres actions quotidiennes. Le cours m’a incité à me poser une question : quel est mon rôle dans tout cela, comment puis-je contribuer à une planète plus durable ? C’est alors que je me suis dit qu’il fallait chercher des actions de proximité, au sein de la communauté, trouver ensemble des alternatives. Ma vision a changé. Je comprends maintenant la gravité du problème : le changement climatique aura des retombées importantes sur différentes facettes de la vie humaine. Nous devons prendre des mesures efficaces et rapides, au défaut de quoi, nous risquons de voir la température de la planète atteindre des niveaux qui entraîneront une cascade de catastrophes.

Slope and erosion protection | Photo: Maurici Tadeu

Slope and erosion protection | Photo: Maurici Tadeu

Nous avons donc créé une petite école, que nous avons baptisée « l’école phare ». Cette école est un effort collectif ; il s’agit d’un groupe de personnes qui, au sein de la communauté réfléchissent aux questions environnementales les plus urgentes. Le mot « phare » reflète ce que nous voulons être, une lumière qui sert de guide sur la voie de l’éducation, qui nous aide à changer notre vision du monde à partir des éléments de base tirés du cours CC:Learn. Nous avons pris un vieux hangar et l’avons transformé, pour en faire en une petite école. Nous avons téléchargé le contenu du cours au format PDF et Power Point, en utilisant un vieil ordinateur, et nous nous sommes réunis chaque lundi. Puis, nous avons divisé différemment les matières pour éviter les lourdeurs et relu certains textes pour faciliter l’appréhension et l’exposition des bases théoriques et scientifiques. Enfin, nous avons contextualisé les contenus, grâce à des exemples proches de notre réalité. Ces efforts ont permis aux gens de mieux appréhender les concepts et de faire le lien entre le réchauffement climatique et leurs pratiques quotidiennes. Pendant les cours nous évaluons nos observations à l’échelon local et encourageons les initiatives communautaires. Ces activités viennent s’ajouter à d’autres stratégies de réduction des risques de catastrophe axées sur un développement à faible émission de carbone.

Completion of the lighthouse school. Location of climate change courses. Photo: Maurici Tadeu

Completion of the lighthouse school. Location of climate change courses. Photo: Maurici Tadeu

Nous espérons pouvoir bientôt coopérer avec les écoles formelles de notre région pour qu’elles intègrent les questions climatiques dans leur programme, et élaborer, en partenariat avec elles, du matériel pédagogique de qualité, pour faciliter l’enseignement, ainsi que la formation des enseignants, et protéger à l’avenir les structures éducatives de notre région contre les impacts environnementaux. Nous espérons être à la hauteur de l’appel mondial à améliorer l’avenir de notre planète, grâce à de simples changements des comportements, qui dépendent plus de la volonté des gens que d’un soutien financier. Nous sommes persuadés que nous pouvons être une balise, qui montre la voie vers une attitude d’adaptation et de prise en charge, en proposant des actions préventives basées sur des faits scientifiques, depuis une approche pédagogique simple et peu coûteuse.

Receiving children for field days and ecological activities. Photo: Maurici Tadeu

Receiving children for field days and ecological activities. Photo: Maurici Tadeu

Au moment de la publication de cet article, M. Maurici a été nommé nouveau secrétaire à l’éducation de sa municipalité et souhaite intégrer l’apprentissage du changement climatique dans les programmes scolaires, trouver des partenaires pour élaborer des supports d’apprentissage et assurer la formation des enseignants.

Participez :

Avez-vous connaissance d’une initiative similaire dans votre communauté ? faites-nous-en part sur FacebookInstagram ou Twitter et étiquetez UN CC:Learn. Nous serons ravis d’entendre votre histoire !

Aikaterian Legou est la présidente de la Galerie d’art pour les enfants de Grèce et une championne de UN CC:Learn. Elle a eu l’idée d’organiser un programme éducatif international pour les enfants et les jeunes, pour leur donner du pouvoir en tant qu’acteurs du changement par le biais de l’art. Le programme a donné lieu à un concours international de peinture où les enfants et les jeunes ont soumis leurs œuvres sur le climat. Découvrez les résultats du concours et comment elle a incité d’autres personnes à prendre des mesures en faveur du climat.

Je m’appelle Aikaterian Legou et je suis la Présidente de la Galerie d’art pour les enfants de Grèce.

Photo: Aikaterina Lengou

Photo: Aikaterian Legou

La Galerie d’art pour les enfants de Grèce est une organisation éducative et culturelle pionnière qui vise à promouvoir et à encourager les créations artistiques des enfants au niveau international. En organisant divers programmes éducatifs, des concours thématiques, des expositions de peinture et des événements artistiques, nous libérons l’expression des enfants à travers leur langage inné : l’art. Jusqu’ici, nous avons organisé et réalisé plus de cinquante programmes éducatifs et culturels pour des enfants et des jeunes âgés de 4 à 18 ans, en Grèce et au niveau international.

Artwork by Kyriakoulea Anastasia | Photo: Aikaterina Lengou

Artwork by Kyriakoulea Anastasia | Photo: Aikaterina Lengou

Après avoir suivi le cours de UN CC:Learn Les Enfants et le Changement Climatique, j’ai eu l’idée, éclairée par les connaissances que j’avais acquises, d’organiser un programme international d’éducation axé sur les enfants et les jeunes, et qui vise à leur donner la possibilité d’être des acteurs du changement par le biais de l’art. Avec mes collègues de la Galerie d’art pour les enfants de Grèce, nous avons donc organisé un concours international de peinture dont le thème central était : « Donner aux enfants la possibilité d’agir sur le changement climatique par le biais de l’art ».

Parallèlement au concours, nous avons organisé des séminaires pour informer les enfants sur le changement climatique : faire le pas de l’apprentissage à l’action. Les enfants ont alors compris la portée du problème pour eux, et ce qu’ils doivent entreprendre concrètement pour l’atténuer – de l’adaptation et du développement à faibles émissions de carbone à la finance favorable au climat ou à la participation aux négociations climatiques. La réponse a été immense, et a abouti à la création d’une plateforme numérique où sont présentées les œuvres d’art distinguées du monde entier.

Artwork by Kokkini Eyangelia | Photo: Aikaterina Lengou

Artwork by Kokkini Eyangelia | Photo: Aikaterina Lengou

Cette collection, intitulée « Donner aux enfants la possibilité d’agir sur le changement climatique par le biais de l’art » (Empowering Children to Act on Climate Change through Art), est un excellent exemple de la résilience des enfants et de leur ferme volonté de changer notre monde pour le mieux. Au final, des enfants et des jeunes de 30 pays ont répondu à notre appel pour créer des œuvres d’art sur le climat, pour faire comprendre au monde que nous devons respecter notre planète et la préserver pour les générations futures. envoyant ainsi un message au monde sur la nécessité de protéger notre planète dans le respect pour les générations futures.

À travers leurs œuvres, les jeunes artistes illustrent l’urgence de nous approprier notre planète, en protégeant les océans, en prévenant la pollution atmosphérique, en recyclant et en protégeant les forêts. Le message est clair et fort : c’est maintenant qu’il faut agir. L’exemple donné par les jeunes artistes est illustré dans leurs créations, et constitue une leçon de vie pour nous tous.

Artwork by Fani Vasiliki | Photo: Aikaterina Lengou

Artwork by Fani Vasiliki | Photo: Aikaterina Lengou

Permettre aux enfants d’être des acteurs du changement, leur donner une voix qui leur permette d’enseigner et de guider le monde sur la façon de renforcer la résilience face au changement climatique, a été une expérience miraculeuse pour tous ceux qui travaillent à la Galerie d’art pour les enfants. Le cours « Les enfants et le changement climatique » de UN CC:Learn nous a offert les germes du changement, que nous avons plantés dans la conscience de nos enfants – afin qu’un nouvel avenir voie le jour, sur une planète plus saine pour tous ses habitants.

Participez :

Avez-vous déjà participé à une activité ou à un concours portant sur le changement climatique dans votre pays ? Faites-nous part de votre expérience sur FacebookInstagram ou Twitter. Nous voulons savoir ce que vous avez appris !

Moussé Sane est notre champion CC:Learn des Nations Unies. Il est candidat au doctorat et a approfondi ses études dans le domaine de la gestion des ressources en eau, notamment en ce qui concerne le bassin du fleuve Sénégal. Il a lancé un projet visant à inciter les jeunes étudiants à protéger leurs ressources en eau et à prévenir leur pénurie en raison du changement climatique. Découvrez son histoire pour savoir comment il s’est engagé auprès de la communauté locale pour faire face à l’impact négatif du changement climatique au Sénégal.

Je m’appel Moussé Landing Sane et je suis du Senegal. Je suis actuellement étudiant doctorant en hydraulique. Ma thèse s’inscrit dans le cadre de la gestion des ressources en eau. J’ai suivi deux cours l’un porte sur ‘La prise en charge du changement climatique dans le bassin du fleuve Sénégal’ et le second porte sur « Intégrer l’information sur les risques climatiques dans les PNA ». Ces cours m’ont permis de mieux comprendre les aspects liés au changement climatique et surtout de mieux cerner les acteurs qui interviennent dans ce secteur. Avec les cours que j’ai suivi sur UN CC Learn, j’ai compris que dans les impacts du changement climatique nous retrouvons les phénomènes d’inondations et de sécheresse pour ne citer que ça. Vu qu’une bonne partie de la population de Dakar est impactée par les inondations, nous avons jugé la nécessité de trouver un moyen pour aider.

Ces deux cours m’ont permis de m’impliquer dans des concours de challenge qui portent sur le changement climatique et sur l’eau et l’assainissement. Récemment, nous avons été présélectionnés pour participer au concours « Young Water Fellowship Senegal ». Ces cours m’ont influencé positivement et maintenant je me lance dans la sensibilisation des jeunes pour qu’ils s’impliquent dans le domaine de l’eau. Le nombre provisoire des participants tournera au tour de 20 personnes dans un premier temps. Nous sommes actuellement en train de travailler pour la mise en place d’un outil communal qui permettra aux populations de faire face aux effets négatifs du changement climatique.

Photo: Moussé Landing Sane

Photo: Moussé Landing Sane

Pour moi la maîtrise de l’eau est l’élément indispensable pour s’adaptation aux changements climatiques. A titre d’exemple je prends le barrage de Manantali qui a pour vocation la régulation des débits et la production d’énergie. Si les lâchers de Manantali ne sont pas maîtrisés cela risque d’entraîner des conflits d’intérêts entre différents usagers de l’eau. Pour moi la survie des populations vivant autour du fleuve Sénégal dépend en grande partie des eaux du fleuve. C’est pour cela je défends cette idée de maitrise de l’eau pour faire face changement climatique.

Je suis passioné des études et de la recherche c’est pour cela je voudrai apporter mon peu de savoir dans le domaine et le partager ce que j’ai déjà acquis avec les autres. Mon autre projet c’est d’inclure l’enseignement du changement climatique dès le secondaire. Personnellement j’ai comencé à connaire connaître le changement climatique à partir de l’université et je pense que cela pouvait être évité.

S’engager avec nous:

Consacrez-vous vos études au changement climatique ? Comment allez-vous contribuer à une planète durable ? Partagez vos réflexions avec nous sur Facebook, Instagram ou Twitter et inspirez d’autres personnes à agir pour le climat.

Commencez votre voyage d’apprentissage :

Accédez à notre plateforme d’apprentissage en ligne sur unccelearng.org et suivez des cours gratuits sur le changement climatique et l’économie verte. Vous serez peut-être intéressé par les sujets suivants :

Les enfants et les jeunes sont aussi la génération qui devra faire face aux impacts futurs du changement climatique — qu’ils le veuillent ou non. Malheureusement, ils sont la génération qui a le plus à perdre. Mais cela ne dissuade pas un groupe d’enfants entre 9 et 17 ans de faire entendre leur voix, haut et fort dans le monde entier. Leurs actions ont provoqué des ondes de choc et certains ont fait la une des médias. Allons à la rencontre des enfants qui luttent militent en faveur de l’environnement.

En tant que jeune environnementaliste, je remarque que le monde se réveille enfin pour réaliser que le changement climatique est une menace trop sérieuse pour être ignorée. Des groupes écologistes, à mon voisin de palier, les gens prennent sur eux de construire des solutions pratiques qui pourraient sauver la planète, ou du moins, atténuer ses impacts.

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que les enfants participent déjà à ce débat et à raison ! Selon le CIA World Fact Book, les enfants et les jeunes représentent 30% de la population mondiale. Non seulement ils représentent le plus grand groupe de personnes actuellement touchées par le changement climatique, mais ils sont aussi plus vulnérables que les adultes à ses effets néfastes. Les enfants et les jeunes sont aussi la génération qui devra faire face aux impacts futurs du changement climatique — qu’ils le veuillent ou non. Malheureusement, ils sont la génération qui a le plus à perdre.

Mais cela ne dissuade pas un groupe d’enfants entre 9 et 17 ans de faire entendre leur voix, haut et fort dans le monde entier. Leurs actions ont provoqué des ondes de choc et certains ont fait la une des médias.

Allons à la rencontre des enfants qui luttent militent en faveur de l’environnement :

1. Timoci Naulusala

En tant que jeune environnementaliste, je remarque que le monde se réveille enfin pour réaliser que le changement climatique est une menace trop sérieuse pour être ignorée. Des groupes écologistes, à mon voisin de palier, les gens prennent sur eux de construire des solutions pratiques qui pourraient sauver la planète, ou du moins, atténuer ses impacts.

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que les enfants participent déjà à ce débat et à raison ! Selon le CIA World Fact Book, les enfants et les jeunes représentent 30% de la population mondiale. Non seulement ils représentent le plus grand groupe de personnes actuellement touchées par le changement climatique, mais ils sont aussi plus vulnérables que les adultes à ses effets néfastes. Les enfants et les jeunes sont aussi la génération qui devra faire face aux impacts futurs du changement climatique — qu’ils le veuillent ou non. Malheureusement, ils sont la génération qui a le plus à perdre.

Mais cela ne dissuade pas un groupe d’enfants entre 9 et 17 ans de faire entendre leur voix, haut et fort dans le monde entier. Leurs actions ont provoqué des ondes de choc et certains ont fait la une des médias.

Allons à la rencontre des enfants qui luttent militent en faveur de l’environnement :

1. Timoci Naulusala

Mesdames et Messieurs, les discours et les discussions ne résoudront pas le problème, mais joindre les actes à la parole est plus efficace.” — Timoci Naulusala

Le président français, Emmanuel Macron, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président de la COP23, Voreqe Bainimarama.

Le président français, Emmanuel Macron, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président de la COP23, Voreqe Bainimarama.

À seulement 12 ans, son discours d’ouverture à la COP23 à Bonn, en Allemagne, a captivé les dirigeants du monde lors de la conférence annuelle de haut niveau des Nations Unies sur le changement climatique. Appelant le « village planétaire » à ouvrir les yeux sur l’impact du changement climatique, Timoci a déclaré aux dirigeants mondiaux que le jeu du blâme et de l’attentisme était terminé. Son discours, (qui lui a valu le Concours national de discours sur le changement climatique des Fidji), lui a ouvert les portes pour une participation à la COP23, où il a reçu un standing ovation de la part des dirigeants du monde. Découvrez son discours ici.

2. Ridhima Pandey

Ridhima Pandey

Souvent considérée comme la Malala de son Inde natale, Ridhima, 9 ans, sait qu’elle doit hériter des catastrophes climatiques croissantes de son pays. Ridhima n’avait que 6 ans lorsque les inondations ont ravagé l’Uttarakhand en 2013. Les images et les histoires de la catastrophe écologique ont laissé un profond impact dans l’esprit de la jeune fille. Depuis lors, elle est devenue une militante et a conduit une pétition de 52 pages devant le Tribunal vert national sur l’echec du gouvernement à lutter scientifiquement contre le changement climatique et sur la façon dont les lois de protection de l’environnement continuent d’être systématiquement bafouées.

L’élève de cours moyen deuxième année d’Haridwar a été invité à participer à un colloque sur le changement climatique à Paris. Le colloque qui s’est tenue sur le thème « Le droit au service de la justice climatique » fut organisé par une fondation basée à Paris, la Fondation Danielle Mitterrand.

3. Xiuhtezcatl Martinez

L’avenir de notre génération est en jeu”, Xiuhtezcatl Martinez

Xiuhtezcatl Martinez

Xiuhtezcatl (prononcé «Shu-tez-cat»), 17 ans, se considère comme faisant partie de la « génération qui a le plus à perdre » du fait du changement climatique.

Xiuhtezcatl est devenu un activiste du changement climatique à l’âge de 6 ans quand il a vu un documentaire sur l’environnement. En tant que défenseur de l’environnement, M. Xiuhtezcatl a pris la parole au Sommet Rio + 20 des Nations Unies à Rio de Janeiro pour prendre la parole devant l’Assemblée générale des Nations Unies à New-York.

Il est le directeur pour la jeunesse d’Earth Guardians, une organisation de conservation mondiale et a travaillé dur pour obtenir des pesticides hors des parcs et des cendres de charbon contenues. Il est l’un des 21 plaignants impliqués dans un procès mené par des jeunes contre le gouvernement fédéral américain pour son incapacité à protéger l’atmosphère pour les générations futures. Xiuhtezcatl est également un artiste hip-hop et écrit de la musique en faveur du changement climatique. Il a partagé son talent musical avec TedX, Bioneers et les Nations unies.

4. Shalvi Shakshi

Shalvi Shakshi prononçant son discours lors de la Journée de la jeunesse et des générations futures à Bonn, en Allemagne.

Shalvi Shakshi prononçant son discours lors de la Journée de la jeunesse et des générations futures à Bonn, en Allemagne.

Shalvi Shakshi, 11 ans, a sans aucun doute captivé les esprits et les cœurs des personnes participant à un événement Action Jeunesse à la COP 23 à Bonn, en Allemagne. Avec son énergie et son talent oratoire naturel, Shalvi a rappelé à l’auditoire que « chaque personne sur cette Terre a le pouvoir de changer le monde ».

L’étudiante du cours moyen première année était la plus jeune de la délégation fidjienne à assister à la COP 23, mais quand elle a pris la parole, elle a prononcé un discours fort sur l’importance de prendre des mesures fortes pour lutte contre le réchauffement de la planète. Regardez son discours ici.

5. Jaden Anthony

Jaden Anthony

Jaden Anthony, 11 ans, est en mission. Il est l’auteur de Kid Brooklyn, une série de bande dessinée qui vise à présenter aux enfants de 7 à 12 ans les problèmes environnementaux et sociaux qui défient le monde aujourd’hui.

À travers sa bande dessinée, Jaden aborde ces questions grâce à un conte fictif sur un enfant de Brooklyn qui, avec ses amis, reçoit des pouvoirs spéciaux pour sauver la planète des extraterrestres maléfiques (déguisés en grandes entreprises) et des crises environnementales. Vous pouvez obtenir la BD ici.

Pour ces jeunes militants, le changement climatique est inévitable. Ils sont conscients et ont commencé à prendre les choses en main pour créer un meilleur aujourd’hui et un avenir certain. Et vous ? Quelle action climatique prenez-vous aujourd’hui ? Si vous connaissez de jeunes militants écologistes dans votre communauté, nommez-les en nous laissant un commentaire au Twitter, Facebook, or Instagram et nous vous contacterons!

Les moments difficiles requièrent des solutions novatrices ! Alors que la crise de la Covid-19 bouleverse la vie de milliards de personnes, UN CC:Learn a pris toutes les mesures nécessaires pour adapter son fonctionnement à la « nouvelle normalité ». Voici un aperçu de ce qui a été fait pour permettre au programme de continuer à mener ses activités.

La pandémie de la Covid-19 a bouleversé la vie de milliards de personnes à travers le monde. Ceci a modifié de manière spectaculaire la façon dont les gens travaillent, apprennent et interagissent. Ce changement soudain a poussé UN CC:Learn à repenser la manière dont elle opère, surtout au niveau national.  A la suite de multiples consultations en ligne avec tous ses partenaires clés, les plans de mise en œuvre des activités de UN CC:Learn au niveau national, régional et mondial ont été ajustés.

Une nouvelle plateforme Zoom a été créée pour UN CC:Learn, permettant à la fois au secrétariat et à ses partenaires d’organiser des réunions et webinaires avec près de 500 participants. Une méthodologie a été aussi mise au point pour la conversion des ateliers en présentiel en évènements virtuels attrayants ; ces ateliers faisant partie du processus de développement et de mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’Apprentissage en matière de Changement Climatique. Par exemple, une réunion, pour valider le rapport d’information du Kenya et son subséquent Atelier de Planification National, a été tenue entièrement en ligne pendant cet été. Un autre problème qui a émergé, c’est l’intermittente connexion internet dans certaines régions. Il est aussi en train d’être réglé avec l’appui de UN CC:Learn dès que possible.

L’initiative Dialogues des Jeunes sur le Climat, qui a été affectée par la fermeture  des écoles dans beaucoup de pays, est en train d’être réorganisée en des évènements en ligne. C’est aussi le cas des évènements de partage d’expérience entre pays, par exemple, une discussion sur l’apprentissage en matière de changement climatique et de l’économie verte, qui a eu lieu en septembre, dans le cadre de la plateforme régionale de UN CC:Learn en Afrique de l’Ouest et des formations sur le changement climatique.

Au cours des mois derniers, la plateforme d’apprentissage en ligne de UN CC:Learn a connu un pic de trafic, avec de nouveaux utilisateurs y accédant et suivant des cours chaque jour. Ceci peut être dû en partie  aux mesures d’auto-confinement adoptées dans plusieurs pays. Pour aider tous ces nouveaux apprenants, le programme a amélioré encore plus son infrastructure en ligne pour faire face aux trafics de plus en plus croissants et continue de développer de nouveaux produits d’apprentissage, tels que la série de cours en ligne Green Recovery (Relance Verte) et les versions française et espagnole du cours Gender & Environment (Genre & Environnement). Dans ce contexte, UN CC:Learn a récemment  célébré la délivrance de son 100.000ème  certificat. Désormais, UN CC:Learn est impatient de continuer à mobiliser les intervenants à travers une série d’évènements en ligne et de webinaires. La pandémie de la Covid-19 a montré qu’à travers l’innovation et le dialogue, une collaboration peut se poursuivre.

UN CC:Learn est arrivé à un tournant important : la délivrance de 100.000 certificats de réussite au cours sur sa plateforme d’apprentissage en ligne. Et pour saluer cette réalisation importante, un événement en ligne a été organisé le 18 septembre. Pendant une heure, les personnes qui font partie du parcours de UN CC:Learn se sont engagés dans des discussions sur le programme, ses résultats et son avenir.

En septembre 2020, UN CC:Learn a franchi une étape importante : la délivrance du 100.000ème certificat de réussite sur sa plateforme d’apprentissage en ligne. Ce certificat spécial a été délivré le 11 septembre 2020 à une personne qui avait terminé avec succès le cours de Politique Fiscale Verte. Afin de saluer cette importante réalisation, un événement – qui a eu lieu le 18 septembre 2020 – a réuni des personnes, à la fois virtuellement et en présentiel, pour discuter du partenariat et des défis liés à la promotion de l’éducation sur le climat.

L’événement a été organisé sur Zoom et diffusé en direct sur YouTube. 15 personnes ont assisté en personne à la cérémonie et plus de 1000 personnes l’ont suivie en ligne. Les intervenants étaient composés de personnes qui ont contribué au parcours de UN CC:Learn : M. Nikhil Seth, Directeur Exécutif de l’UNITAR, qui a souligné l’importance de continuer à promouvoir l’éducation sur le climat à l’échelle mondiale de manière innovante, M. Angus Mackay, Chef du Secrétariat de UN CC:Learn, qui a noté la diversité de plus en plus grande du public qui suit actuellement les cours de UN CC:Learn ; M. Vincens Coté, qui a été le coordinateur du programme de 2014 à 2017 et qui a évoqué comment tout a commencé il y a 5 ans, et Mme/Mlle Janine Kuriger, Responsable du Programme Mondial pour le Changement Climatique et l’Environnement (GPCCE) à la Direction suisse du Développement et de la Coopération, qui revint sur cette étape importante et les perspectives d’avenir.

Certains organismes partenaires se sont également joints à la célébration. M. Ovais Sarmad, Secrétaire Exécutif Adjoint du Secrétariat des Nations Unies pour le Changement Climatique, a parlé de la contribution qu’apporte UN CC:Learn à la lutte contre la crise climatique et a remercié tous ceux qui ont pris le temps de finir l’un des 27 cours disponibles en ligne. Représentant l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), Dr Elena Manaenkova, qui remplit les fonctions de Secrétaire Générale Adjointe de l’organisation, a souligné l’évolution du programme depuis ses tout débuts et sa pertinence pour une collaboration unique des Nations Unies dans le domaine de l’apprentissage en matière de changements climatiques, soulignant le soutien de l’OMM.

L’événement a été animé par Mme/Mlle Cristina Rekakavas, Coordonnatrice du programme UN CC:Learn. Dans le cadre de cet événement, une vidéo « Behind the Scenes » a été projetée dans le but d’expliquer étape par étape à l’auditoire les processus qui sous-tendent l’élaboration des cours du programme, lui donnant un aperçu du travail quotidien qu’accomplit le Secrétariat de UN CC:Learn.

Pour conclure l’événement, UN CC:Learn a lancé un nouveau défi, engageant les 400.000 anciens apprenants de l’UN CC:Learn dans l’initiative « 100k Stories for Climate Action » qui durera un mois et récompensera les 10 meilleures histoires.

Vous pouvez accéder aux enregistrements de l’événement ici.

Voulez-vous discuter des défis mondiaux que pose le changement climatique avec d’autres jeunes ?

Nous organisons une série de Dialogues Virtuels des Jeunes sur le Climat qui rassemblera des jeunes du monde entier dans une série de discussions sur le climat et l’économie verte.

Saisissez votre chance de participer en vous inscrivant ci-dessous.

COVID-19 a rendu encore plus complexe la crise climatique en cours. Il est maintenant temps de changer le cours que prend notre planète et bâtir un avenir durable. Et ce changement commence avec vous ! Prenez part à notre série de Dialogue Virtuels des Jeunes sur le Climat et saisissez votre chance de débattre des questions sur le changement climatique avec des jeunes du monde entier !

Les jeunes seront les plus touchés par la crise climatique. A travers nos Dialogues des Jeunes sur le Climat, nous mettons à leur disposition une plateforme pour discuter du changement climatique avec leurs pairs du monde entier. Bien que de nombreuses écoles soient fermées à cause de la pandémie de la COVID-19, ces jeunes apprenants peuvent toujours continuer à contribuer aux débats mondiaux sur le changement climatique et influencer les plans de relance liés à la COVID-19 en s’assurant que le changement climatique reste une priorité.

Êtes-vous intéressés? Alors nous vous invitons à nous rejoindre dans une série de Dialogues Virtuels des Jeunes sur le Changement Climatique qui se tiendra en ligne avec des étudiants provenant de différentes régions du monde. Nos Dialogues des Jeunes sur le Climat (YCDs) sont des discussions interactives qui conduisent à une réflexion et un apprentissage personnel. Ne manquez pas l’occasion d’avoir des perspectives différentes sur le changement climatique et ses solutions potentielles.

Regardez la vidéo et soyez inspirés par Yande et Reuben, deux jeunes zambiens qui ont participé aux YCDs en 2019 !

  • Êtes-vous âgés de 15 à 35 ans?
  • Vous souciez-vous du changement climatique ?
  • Votre communauté est-elle touchée par le changement climatique ?
  • Souhaitez-vous discuter de possibles solutions avec d’autres jeunes ?
  • Avez-vous un message lié au climat à partager avec d’autres jeunes ?
  • Avez-vous une histoire liée au climat à raconter?

Si vous avez répondu OUI à une des questions ci-dessus, remplissez le formulaire ci-dessous et choisissez la date qui vous convient le mieux.

Au cours des semaines à venir, nous examinerons toutes les demandes et assisterons toute personne intéressée.  Nous sommes impatients de vous rencontrer bientôt.

« L’éducation sur le climat est cruciale pour accroître l’ambition dont nous avons besoin pour faire face à la menace existentielle du changement climatique », a déclaré le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, à l’occasion de la célébration des 100 000 certificats de fin de cours délivrés sur la plateforme UN CC:e-Learn.

Consultez ci-dessous la lettre complète envoyée par M. António Guterres au Partenariat UN CC:Learn et à sa communauté.

Le 18 septembre 2020, la communauté UN CC:Learn a célébré la délivrance de 100 000 certificats de réussite sur notre plateforme d’apprentissage en ligne – un évènement marquant pour l’éducation sur le climat dans le monde entier. A cette occasion, un événement a eu lieu avec de hauts  représentants des Nations Unies, dont le Secrétaire Exécutif Adjoint de la CCNUCC, M. Ovais Sarmad ; la Secrétaire Générale Adjointe de l’OMM, Mme Elena Manaenkova ; le Directeur Exécutif de l’UNITAR, M. Nikhil Seth ; ainsi que la Cheffe de Division à l’Agence suisse pour le Développement et la Coopération, Mme Janine Kuriger ; le Chef du Secrétariat de UN CC:Learn, M. Angus Mackay ; l’ancien coordonnateur et l’actuelle coordonnatrice du programme UN CC:Learn, respectivement M. Vincens Côté et Mme Cristina Rekakavas.

Comme si cela ne suffisait pas, nous avons également eu la participation de plus de 1000 anciens apprenants venant du monde entier qui ont rejoint l’évènement via Zoom et Youtube. Pour clôturer cette célébration en beauté, le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, a félicité le Partenariat UN CC:Learn et sa communauté pour cette réalisation. Dans son message, il a également vivement invité notre communauté à mettre à profit à travers le monde les connaissances sur le climat pour permettre aux individus, aux organisations et aux sociétés d’atténuer les changements climatiques et de s’y adapter.

« La tâche consiste maintenant à intensifier cet effort et à créer un mouvement mondial qui peut nous aider à tenir la promesse de l’Accord de Paris. »

Consultez ci-dessous l’intégralité du message envoyé par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, en anglais.

Climate education is crucial for raising the ambition we need to address the existential threat of climate change.

I have been very encouraged to see the way that educators around the world are becoming more involved in climate change, in particular, because of the increasing role of youth in demanding greater attention to the crisis.

In that spirit, it gives me great pleasure to recognize the work of the One UN Climate Change Learning Partnership.

Since 2010, UN CC:Learn has been making the UN’s vast knowledge and expertise more easily available to people around the world, particularly in developing countries and countries in special circumstances.  The Partnership has now reached a milestone: more than 100,000 learners have successfully completed a free online course — and more than 50 percent of those learners are women.

This adds 100,000 informed voices to the cause, with increased knowledge, skills and, above all, the motivation to advance climate science, sustainable infrastructure design, responsible investment and other key dimensions of this challenge.  The task is now to scale up this effort and to build a global movement that can help us fulfill the promise of the Paris Agreement.  The recently launched “United in Science 2020” report from the World Meteorological Organization is a further contribution, cataloging the crisis and ringing the alarm.

I congratulate the UN CC:Learn partnership on this achievement and thank the Government of Switzerland for its long-standing support for this important work.

Traduction non officielle en français ci-dessous

L’éducation sur le climat est cruciale pour accroître l’ambition dont nous avons besoin pour faire face à la menace existentielle du changement climatique. J’ai été très encouragé de voir comment les éducateurs à travers le monde s’impliquent de plus en plus dans les questions liées au changement climatique, en particulier, en raison du rôle croissant des jeunes exigeant une plus grande attention à la crise. Dans cet esprit, j’ai l’immense plaisir de souligner le travail du Partenariat Unique des Nations Unies pour l’Apprentissage sur le Changement Climatique (One UN Climate Change Learning Partnership).

Depuis 2010, UN CC:Learn met, plus facilement, les vastes connaissances et l’expertise des Nations Unies à la disposition des populations du monde entier, en particulier dans les pays en développement et les pays en situations particulières.  Le Partenariat a maintenant franchi une étape importante : plus de 100 000 apprenants ont réussi un cours gratuit en ligne – et plus de 50 % de ces apprenants sont des femmes.

Cela ajoute 100 000 voix informées à la cause, avec des connaissances et des compétences accrues et, surtout, la motivation de faire progresser la science du climat, la conception d’infrastructures durables, les investissements responsables et d’autres dimensions clés de ce défi.  La tâche consiste maintenant à intensifier cet effort et à créer un mouvement mondial qui peut nous aider à tenir la promesse de l’Accord de Paris.  Le rapport « United in Science 2020 » récemment publié par l’Organisation Météorologique Mondiale est une contribution de plus, cataloguant la crise et tirant la sonnette d’alarme.

Je félicite le partenariat UN CC:Learn pour cette réalisation et remercie le gouvernement suisse pour son soutien de longue date à cette importante tâche.

En célébration de la Journée Mondiale de l’Alimentation, UN CC:Learn et Danone ont lancé la version portugaise du cours en ligne intitulé Sustainable Diet (Régime alimentaire durable). Le cours a été suivi par plus de 12 000 apprenants du monde entier et il est disponible sur la plateforme UN CC:e-learn.

Les systèmes alimentaires sont à la fois une cause majeure de dégradation de l’environnement et d’épuisement des ressources naturelles. À l’heure actuelle, les systèmes alimentaires sont responsables d’une émission importante, de 20 %, de gaz à effet de serre (GES) et sont un important facteur de la conversion des terres, de la déforestation et de la perte de biodiversité.  À elle seule, l’agriculture représente environ 70 % des prélèvements d’eau douce et de la pollution de l’eau dans le monde et est responsable de 80 % de la déforestation mondiale.

Avec la population mondiale qui augmente et devant atteindre 9,7 milliards d’individus d’ici 2050, ces impacts environnementaux ne rendent pas les systèmes alimentaires actuels durables. Selon le plus récent rapport publié en 2019 par le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) :

« La consommation d’aliments sains et durables présente d’importantes possibilités de réduction des émissions de GES des systèmes alimentaires et d’amélioration des résultats en matière de santé. »

Le système alimentaire incorpore une chaîne complexe qui inclut des résultantes environnementales, sociales et économiques pour fournir des aliments que comprennent les régimes alimentaires. Les régimes alimentaires sains comportent généralement des objectifs nutritionnels définis en termes d’adéquation des nutriments, de consommation de groupes d’aliments spécifiés et d’adhésion à un modèle alimentaire. Cependant, les régimes alimentaires durables sont plus que la somme de nutriments et des aliments consommés, car ils sont fortement conditionnés par la façon dont les aliments sont produits, distribués, mis sur le marché, choisis, préparés et consommés.

Selon la FAO (2019), les objectifs des régimes alimentaires durables sont les suivants : atteindre une croissance et un développement optimaux de tous les individus; favoriser le fonctionnement physique et mental et le bien-être social à tous les stades de la vie pour les générations actuelles et futures; prévenir toutes les formes de malnutrition; réduire le risque de maladies non transmissibles liées à l’alimentation et aider à la préservation de la biodiversité et de la santé planétaire. Une alimentation durable et saine doit combiner toutes les dimensions de la durabilité pour éviter les conséquences inattendues.

Dans ce contexte, UN CC:Learn et Danone ont lancé le cours en ligne intitulé Sustainable Diet (Régime alimentaire durable). Ce cours est maintenant traduit en portugais et vise à aider les gens à décider des choix qui peuvent promouvoir des changements réels par rapport à leur santé et notre planète.

« Notre rôle est de motiver les gens, à travers cette révolution alimentaire, à faire leurs choix en tenant compte de l’effet positif qu’ils peuvent avoir sur leur santé, sur leur communauté et sur la planète » – a déclaré Edson Higo, PDG de Danone Brésil.

Le cours en ligne est gratuit et comporte huit modules interactifs comprenant des vidéos, des fiches d’information et des activités. Le cours identifie les façons dont le changement de votre alimentation produit un effet positif et invite les participants à élaborer un plan personnel pour une alimentation durable et saine. Ce cours en ligne est également disponible en anglais et vous recevrez un certificat officiel après avoir réussi à ce cours.

Regardez le teaser ci-dessous et joignez-vous à notre communauté d’apprentissage dès aujourd’hui! Les inscriptions sont ouvertes.

Nos apprenants ont dit:

« J’ai appris comment mon alimentation affecte notre planète et touche notre santé, et aussi comment commencer à manger sainement et durablement. Un cours vraiment inspirant. » – Un apprenant du Brésil.

 

« Le cours est incroyable! Il est actualisé et très simple à parcourir sur le site ; les vidéos sont vraiment bien réalisée et les fiches d’information sont tellement dynamiques! De plus, les notes à obtenir après avoir fini les activités étaient une bonne façon de me motiver à continuer le cours! » – Un apprenant du Brésil.

 

« En tant que professionnel de la santé, je peux dire à juste titre que ce cours a vraiment ajouté de la valeur à mes connaissances. Maintenant, c’est à moi d’agir. » – Un apprenant du Kenya.

 

« Je crois que faire partie de la révolution alimentaire durable nous aide à penser comment nos habitudes alimentaires et nos choix quotidiens affectent notre santé et la planète. Je crois que si nous suivons tous ce cours, les choses changeraient favorablement puisque nous aurions les connaissances nécessaires pour faire des choix plus sains et plus durables » – Un apprenant de l’Inde.