Jean Baptiste Katako est un champion de UN CC:Learn originaire de la République démocratique du Congo. Nos cours l’ont inspiré à créer une organisation non gouvernementale pour lutter contre l’érosion, l’importance du reboisement et l’impact du changement climatique sur la santé. Continuez à lire pour apprendre comment il a travaillé avec la communauté et les autorités locales pour transformer les sites érosifs en zones de plantation d’arbres.

Je m’appel Jean Baptiste Katako Kayambi et je suis de la République Démocratique du Congo. Je suis un fonctionnaire de l’état, j’ai eu à travailler au Ministère de la Justice et actuellement fonctionnaire au bureau central national d’Interpol Kinshasa/RDCongo. J’ai été toujours touche par le problème environnemental d’abord au nord Kivu (précisément a Butembo) ou j’ai travaillé avec les élèves et des paysans dans des micro-projet de reboisement. Affecte à Kinshasa, j’ai été touche par les problèmes de changement climatique et les érosions.

Photo: Jean Baptiste Katako Kayambi

Photo: Jean Baptiste Katako Kayambi

J’ai suivi les cours suivants sur la plate-forme UN CC:Learn : Sante et changement climatique sur les enfants ; Approfondir la REDD+ ; Les villes et les changements climatiques et Introduction aux changements climatiques. Ces différents cours m’ont poussé à mieux saisir les causes de changement climatiques de la ville de Kinshasa et personnellement, il y a plusieurs actes que je ne peux plus poses et je reste un conseiller dans ma société où j’habite et là ou je travaille.

Photo: Jean Baptiste Katako Kayambi

Photo: Jean Baptiste Katako Kayambi

La plus grande action que ce cours m’a inspirée et je l’ai faite, c’est de créer une organisation non gouvernementale que nous avons dénommes : groupe de réflexion sur la sécurité, le droits humains et le développement. Nous avons une cinquante des membres actifs engagés dans nos actions soutenues par une centaines des sympathisants. Au sein de notre ONG, nous avons des étudiants, des fonctionnaires de l’Etat, des Pasteurs, des Médecins, des enseignants, des femmes et beaucoup des jeunes désœuvrés. Nous avons compris que le problème de la destruction de notre environnement, les érosions, et autres questions liées à cette problématique est une question sécuritaire, touche aux droits humains de vivre dans un environnement sain et sécurise. Jusqu’à présent nous organisons des séances de vulgarisation et sensibilisation des travaux collectifs de plantation d’arbres et de lutte antiérosives dans un premiers temps

Nous avons eu à tenir plusieurs réunions dans notre quartier pour communiquer à la population le bien fondé de : 1. La protection de notre environnement ;2. La lutte antiérosive ; 3. Le reboisement ; 4. L’impact du changement climatique sur la sante. L’ONG est créé et nous y travaillons ensemble avec la population et en étroite collaboration avec les autorités locales qui assistent à nos réunions et nous leurs conseillons sur les actions et mesures à prendre pour protéger notre environnement.

Grâce à l’ONG, nous avons pu transformer les sites érosifs de notre environnement en plantation d’arbres ; éduquez la population et particulièrement les jeunes à être responsable pour conserver notre environnement par des actes concrets tels que la plantation d’arbres et autres et combattre tous projets Gouvernemental et autres pouvant contribuant à la dégradation de notre environnement

Photo: Jean Baptiste Katako Kayambi

Photo: Jean Baptiste Katako Kayambi

S’engager avec nous:

Faites-vous partie d’une organisation qui s’occupe du changement climatique ? Quels résultats avez-vous obtenus jusqu’à présent ? Racontez-nous un peu plus votre expérience sur Facebook, Instagram ou Twitter et marquez UN CC:Learn. Chaque petit pas compte et peut conduire à un impact positif sur votre communauté. Nous voulons apprendre de vous !

Commencez votre voyage d’apprentissage :

Accédez à notre plateforme d’apprentissage en ligne sur unccelearng.org et suivez des cours gratuits sur le changement climatique et l’économie verte. Vous pourriez être intéressé par l’apprentissage de :

Asha Alexander est la directrice d’une école primaire à Dubaï et championne de UN CC:Learn. Elle a transformé la manière dont le changement climatique est abordé dans les programmes scolaires. Elle a beaucoup contribué à améliorer les connaissances des élèves sur les questions climatiques et elle les encourage, ainsi que les enseignants, à agir en faveur du climat. Découvrez son histoire, les initiatives qu’elle a lancées dans son école et la manière de les reproduire dans la vôtre.

Je m’appelle Asha Alexander et je suis la directrice de l’école primaire The Kindergarten Starters, qui a plus de 5 000 élèves, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. Je suis également directrice exécutive chargée du changement climatique chez GEMS Education.

Photo: Asha Alexander

Photo: Asha Alexander

En tant qu’école primaire isolée au cœur d’un riche émirat pétrolier, nous étions peut-être les candidats les plus improbables pour mener le combat contre le changement climatique. Cependant, un matin, je suis tombée sur un article de journal où il était question d’un instituteur local qui avait obtenu une certification en matière de changement climatique. Cela a éveillé ma curiosité, et j’ai suivi le lien vers la plateforme UN CC:Learn. Une semaine plus tard, j’avais reçu une certification UN CC:Learn et je détenais plus de connaissances que je n’aurais jamais imaginé sur le changement climatique. J’ai alors su que le moment était venu de changer notre école et toutes les écoles du monde.

En l’espace d’un mois, l’école comptait 327 enseignants certifiés par les Nations unies dans le domaine du changement climatique. Chacune des 162 salles de classe est désormais équipée pour dispenser l’enseignement sur le changement climatique, dans le cadre du programme scolaire, en reliant ces objectifs aux problèmes réels qui se posent dans le désert qui nous entoure, qu’il s’agisse de la conservation de l’eau ou de l’élimination du plastique à l’école. Les enfants, tout aussi enthousiastes, ont commencé la saison d’automne en s’engageant à planter 15 000 arbres par an dans le cadre du projet « Planter un héritage » (Plant a Legacy). Ils sont allés dans le désert pour planter le ghaf, un arbre local, et se sont mis d’accord avec plus de 40 organisations locales pour planter des arbres dans leurs locaux. Ces efforts ont attiré l’attention d’autres écoles, mais aussi des médias, au point que le journal The Guardian a réalisé un bref reportage vidéo sur le modèle d’enseignement sur le climat de l’école.

Photo: Asha Alexander

Photo: Asha Alexander

Moins d’un mois plus tard, je suis allée à Madrid pour assister à la COP 25. Déçus par le manque d’attention accordée à l’éducation au climat, nous avons décidé de créer une nouvelle plateforme pour amplifier la voix des élèves. C’est là qu’est née la première exposition sur la Conférence des Parties des écoles (School Conference of Parties Expo, ou SCOPE ). Ce qui était au départ une entreprise visant à faire entendre la voix de nos propres élèves s’est maintenant étendu, avec 50 écoles, du Costa Rica à l’Australie, qui se sont inscrites à SCOPE 2020 pour participer aux débats et aux discussions sur le climat.

L’objectif de SCOPE 2020 est de donner à des élèves la possibilité d’acquérir des connaissances approfondies et de mener des recherches poussées sur le changement climatique et d’acquérir des compétences globales de résolution collaborative de problèmes. Le projet vise, grâce à l’intégration de la culture climatique dans les écoles, à réunir le corps enseignant et les étudiants dans un dialogue et un questionnement permanents, afin de trouver les pratiques les plus durables. Il s’agit également d’une plateforme permettant à de jeunes étudiants militants pour le climat de partager leur parcours et d’inspirer, nous l’espérons, des milliers d’autres personnes.

Si nous arrivons à nous faire entendre, nous espérons que les gouvernements et les décideurs politiques feront le nécessaire pour que l’enseignement des questions climatiques soit intégrée dans toutes les écoles du monde, afin que les élèves ne perdent jamais de vue l’urgence de réduire les émissions, de restaurer nos habitats et de protéger notre planète pour l’avenir. Mais l’histoire ne finit pas là. Sa conclusion sera façonnée par les enseignants qui auront amélioré leur formation et par les élèves qui auront été changés à jamais par ce qu’ils ont appris.

Participez :

Votre école aborde-t-elle le changement climatique dans les programmes scolaires ? Racontez-nous votre expérience sur FacebookInstagram ou Twitter et étiquetez UN CCLearn. Nous avons hâte de vous écouter !

Si vous êtes enseignant, que vous souhaitez en savoir plus sur le changement climatique et gagner en confiance pour inclure ce sujet en classe, accédez à notre programme dédié aux enseignants ici.

Maurici Tadeu est l’un des champions de l’initiative UN CC:Learn 2020. Il a créé une école, la Lighthouse School (« l’école phare »), dont l’objectif est d’enseigner les effets négatifs du changement climatique sur l’environnement et la société, et d’encourager les actions en faveur d’une planète plus durable. Découvrez le parcours de Maurici et comment la Lighthouse School a contribué à la mise en œuvre d’activités à faible émission de carbone dans la communauté.

Leia a história na integra em Português clicando aqui.

Je m’appelle Maurici Tadeu et l’environnement où j’ai grandi ne m’a pas fourni les outils nécessaires pour m’informer sur les questions environnementales, et en particulier sur le réchauffement climatique. Tout ce que j’ai appris est le fruit de mon intérêt personnel. Je me souviens d’une phrase qui, à l’époque, m’a marqué : il faut penser à l’échelle mondiale, mais agir à l’échelon local. N’ayant que peu de moyens, je ne pouvais apprendre que dans le cadre de cours et d’activités gratuits. Par l’intermédiaire d’amis, j’ai appris l’existence du cours UN CC :Learn sur le changement climatique, disponible gratuitement en ligne, et j’ai décidé de le suivre.

Photo: Maurici Tadeu

Photo: Maurici Tadeu

Grâce à tout ce que j’ai appris grâce à ce cours, j’ai pu constater qu’en fait, j’ignorais en grande partie les causes du changement climatique. Je me suis rendu compte que je me trompais sur les variables anthropiques, y compris, bien entendu, mes propres actions quotidiennes. Le cours m’a incité à me poser une question : quel est mon rôle dans tout cela, comment puis-je contribuer à une planète plus durable ? C’est alors que je me suis dit qu’il fallait chercher des actions de proximité, au sein de la communauté, trouver ensemble des alternatives. Ma vision a changé. Je comprends maintenant la gravité du problème : le changement climatique aura des retombées importantes sur différentes facettes de la vie humaine. Nous devons prendre des mesures efficaces et rapides, au défaut de quoi, nous risquons de voir la température de la planète atteindre des niveaux qui entraîneront une cascade de catastrophes.

Slope and erosion protection | Photo: Maurici Tadeu

Slope and erosion protection | Photo: Maurici Tadeu

Nous avons donc créé une petite école, que nous avons baptisée « l’école phare ». Cette école est un effort collectif ; il s’agit d’un groupe de personnes qui, au sein de la communauté réfléchissent aux questions environnementales les plus urgentes. Le mot « phare » reflète ce que nous voulons être, une lumière qui sert de guide sur la voie de l’éducation, qui nous aide à changer notre vision du monde à partir des éléments de base tirés du cours CC:Learn. Nous avons pris un vieux hangar et l’avons transformé, pour en faire en une petite école. Nous avons téléchargé le contenu du cours au format PDF et Power Point, en utilisant un vieil ordinateur, et nous nous sommes réunis chaque lundi. Puis, nous avons divisé différemment les matières pour éviter les lourdeurs et relu certains textes pour faciliter l’appréhension et l’exposition des bases théoriques et scientifiques. Enfin, nous avons contextualisé les contenus, grâce à des exemples proches de notre réalité. Ces efforts ont permis aux gens de mieux appréhender les concepts et de faire le lien entre le réchauffement climatique et leurs pratiques quotidiennes. Pendant les cours nous évaluons nos observations à l’échelon local et encourageons les initiatives communautaires. Ces activités viennent s’ajouter à d’autres stratégies de réduction des risques de catastrophe axées sur un développement à faible émission de carbone.

Completion of the lighthouse school. Location of climate change courses. Photo: Maurici Tadeu

Completion of the lighthouse school. Location of climate change courses. Photo: Maurici Tadeu

Nous espérons pouvoir bientôt coopérer avec les écoles formelles de notre région pour qu’elles intègrent les questions climatiques dans leur programme, et élaborer, en partenariat avec elles, du matériel pédagogique de qualité, pour faciliter l’enseignement, ainsi que la formation des enseignants, et protéger à l’avenir les structures éducatives de notre région contre les impacts environnementaux. Nous espérons être à la hauteur de l’appel mondial à améliorer l’avenir de notre planète, grâce à de simples changements des comportements, qui dépendent plus de la volonté des gens que d’un soutien financier. Nous sommes persuadés que nous pouvons être une balise, qui montre la voie vers une attitude d’adaptation et de prise en charge, en proposant des actions préventives basées sur des faits scientifiques, depuis une approche pédagogique simple et peu coûteuse.

Receiving children for field days and ecological activities. Photo: Maurici Tadeu

Receiving children for field days and ecological activities. Photo: Maurici Tadeu

Au moment de la publication de cet article, M. Maurici a été nommé nouveau secrétaire à l’éducation de sa municipalité et souhaite intégrer l’apprentissage du changement climatique dans les programmes scolaires, trouver des partenaires pour élaborer des supports d’apprentissage et assurer la formation des enseignants.

Participez :

Avez-vous connaissance d’une initiative similaire dans votre communauté ? faites-nous-en part sur FacebookInstagram ou Twitter et étiquetez UN CC:Learn. Nous serons ravis d’entendre votre histoire !

Aikaterian Legou est la présidente de la Galerie d’art pour les enfants de Grèce et une championne de UN CC:Learn. Elle a eu l’idée d’organiser un programme éducatif international pour les enfants et les jeunes, pour leur donner du pouvoir en tant qu’acteurs du changement par le biais de l’art. Le programme a donné lieu à un concours international de peinture où les enfants et les jeunes ont soumis leurs œuvres sur le climat. Découvrez les résultats du concours et comment elle a incité d’autres personnes à prendre des mesures en faveur du climat.

Je m’appelle Aikaterian Legou et je suis la Présidente de la Galerie d’art pour les enfants de Grèce.

Photo: Aikaterina Lengou

Photo: Aikaterian Legou

La Galerie d’art pour les enfants de Grèce est une organisation éducative et culturelle pionnière qui vise à promouvoir et à encourager les créations artistiques des enfants au niveau international. En organisant divers programmes éducatifs, des concours thématiques, des expositions de peinture et des événements artistiques, nous libérons l’expression des enfants à travers leur langage inné : l’art. Jusqu’ici, nous avons organisé et réalisé plus de cinquante programmes éducatifs et culturels pour des enfants et des jeunes âgés de 4 à 18 ans, en Grèce et au niveau international.

Artwork by Kyriakoulea Anastasia | Photo: Aikaterina Lengou

Artwork by Kyriakoulea Anastasia | Photo: Aikaterina Lengou

Après avoir suivi le cours de UN CC:Learn Les Enfants et le Changement Climatique, j’ai eu l’idée, éclairée par les connaissances que j’avais acquises, d’organiser un programme international d’éducation axé sur les enfants et les jeunes, et qui vise à leur donner la possibilité d’être des acteurs du changement par le biais de l’art. Avec mes collègues de la Galerie d’art pour les enfants de Grèce, nous avons donc organisé un concours international de peinture dont le thème central était : « Donner aux enfants la possibilité d’agir sur le changement climatique par le biais de l’art ».

Parallèlement au concours, nous avons organisé des séminaires pour informer les enfants sur le changement climatique : faire le pas de l’apprentissage à l’action. Les enfants ont alors compris la portée du problème pour eux, et ce qu’ils doivent entreprendre concrètement pour l’atténuer – de l’adaptation et du développement à faibles émissions de carbone à la finance favorable au climat ou à la participation aux négociations climatiques. La réponse a été immense, et a abouti à la création d’une plateforme numérique où sont présentées les œuvres d’art distinguées du monde entier.

Artwork by Kokkini Eyangelia | Photo: Aikaterina Lengou

Artwork by Kokkini Eyangelia | Photo: Aikaterina Lengou

Cette collection, intitulée « Donner aux enfants la possibilité d’agir sur le changement climatique par le biais de l’art » (Empowering Children to Act on Climate Change through Art), est un excellent exemple de la résilience des enfants et de leur ferme volonté de changer notre monde pour le mieux. Au final, des enfants et des jeunes de 30 pays ont répondu à notre appel pour créer des œuvres d’art sur le climat, pour faire comprendre au monde que nous devons respecter notre planète et la préserver pour les générations futures. envoyant ainsi un message au monde sur la nécessité de protéger notre planète dans le respect pour les générations futures.

À travers leurs œuvres, les jeunes artistes illustrent l’urgence de nous approprier notre planète, en protégeant les océans, en prévenant la pollution atmosphérique, en recyclant et en protégeant les forêts. Le message est clair et fort : c’est maintenant qu’il faut agir. L’exemple donné par les jeunes artistes est illustré dans leurs créations, et constitue une leçon de vie pour nous tous.

Artwork by Fani Vasiliki | Photo: Aikaterina Lengou

Artwork by Fani Vasiliki | Photo: Aikaterina Lengou

Permettre aux enfants d’être des acteurs du changement, leur donner une voix qui leur permette d’enseigner et de guider le monde sur la façon de renforcer la résilience face au changement climatique, a été une expérience miraculeuse pour tous ceux qui travaillent à la Galerie d’art pour les enfants. Le cours « Les enfants et le changement climatique » de UN CC:Learn nous a offert les germes du changement, que nous avons plantés dans la conscience de nos enfants – afin qu’un nouvel avenir voie le jour, sur une planète plus saine pour tous ses habitants.

Participez :

Avez-vous déjà participé à une activité ou à un concours portant sur le changement climatique dans votre pays ? Faites-nous part de votre expérience sur FacebookInstagram ou Twitter. Nous voulons savoir ce que vous avez appris !

Afin de relever le défi que représente la diffusion de l’éducation au climat dans le monde entier, UN CC:Learn a mis à disposition une nouvelle fonctionnalité qui permet à chacun de faire des dons volontaires pour aider à intensifier les efforts du programme. Contribuez dès aujourd’hui et aidez à fournir des ressources d’apprentissage en ligne de pointe sur le changement climatique et l’économie verte aux personnes qui en ont le plus besoin !

UN CC:Learn est la plus grande plateforme mondiale d’apprentissage en ligne sur le changement climatique. Actuellement, la plateforme rassemble plus de 400.000 utilisateurs et a émis plus de 125.000 certificats, ce qui en fait la ressource la plus précieuse en matière de changement climatique dans le monde.

Le monde a changé à la suite de la pandémie mondiale, et ceux qui vivent dans des pays vulnérables au climat sont encore plus désavantagés. Cela met en évidence la nécessité impérieuse de continuer à combler le fossé numérique et le changement climatique, en permettant à chacun d’accéder gratuitement à l’apprentissage et à la compréhension.

La campagne d’appel aux dons, gérée par UN CC:Learn dans le cadre de notre partenariat avec l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), vise à collecter des fonds qui contribueront à :

– Développer des cours plus innovants sur le changement climatique, rester à l’avant-garde des changements mondiaux et de la recherche de pointe.

– La traduction des cours dans des langues spécifiques aux utilisateurs, afin que chaque cours reste pertinent et disponible pour ceux qui en ont le plus besoin.

– Accroître le soutien et l’aide à la communauté d’apprenants en ligne par le biais de ressources d’assistance aux utilisateurs et d’assistance technique.

– Diffuser les cours sur plusieurs plateformes, en veillant à ce qu’ils soient disponibles pour différents navigateurs, appareils et réseaux.

Aidez à soutenir le développement continu et la maintenance de la plateforme, afin que chacun puisse profiter des opportunités d’apprendre sur le changement climatique et d’agir !

Pour en savoir plus et découvrir la campagne, veuillez consulter notre site web ici.

Grâce à une formation de formateurs en quatre sessions, organisée par l’UN CC : Learn et le Partenariat pour l’action sur l’économie verte, dix-sept professionnels ont reçu une formation leur permettant d’enseigner efficacement en ligne à des adultes, en Afrique de l’ouest.

UN CC:Learn et Partenariat pour l’action sur l’économie verte ont prodigué une formation de formateurs en ligne de quatre sessions à des participants de 13 pays du hub d’Afrique de l’ouest. Au total, 17 professionnels, travaillant pour la plupart dans le domaine académique, ont été formés à l’élaboration et à la diffusion de cours d’apprentissage en ligne.

À l’origine, la formation avait été conçue comme une activité de PAGE Sénégal, mais son champ d’application s’est étendu, en s’appuyant sur l’expérience d’UN CC :Learn en matière d’apprentissage en ligne, et suivant l’une des principales recommandations d’une consultation en ligne organisée par UN CC :Learn, en juin 2020, dans laquelle les parties prenantes de la région ont convenu d’offrir les formations sur l’élaboration de MOOC et d’outils d’apprentissage en ligne.

Le hub l’Afrique de l’ouest a pour but d’améliorer les capacités et les compétences des professionnels de ses 13 pays membres, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, la Guinée, la Mauritanie, le Mali, le Sénégal, le Tchad et le Togo. Dans ce contexte, la formation de formateurs répondait parfaitement à cet objectif. Au cours des quatre sessions, les participants ont été guidés dans les méandres de l’apprentissage en ligne par un expert d’UN CC :Learn, qui leur a donné un aperçu général des étapes et des processus de l’élaboration de contenus en ligne efficaces pour des adultes. Les principaux objectifs d’apprentissage consistent à :

Expliquer comment les adultes apprennent.

  • Décrire le processus d’élaboration des cours en ligne.
  • Différencier les phases du modèle A.D.D.I.E.
  • Décrire les principes de fonctionnement des plateformes d’apprentissage en ligne.
  • Identifier les outils de création pour l’élaboration de cours interactifs.

Chaque session a duré 1 heure et 30 minutes et prévoyait une interaction active des participants dans les discussions, entre eux et avec les tuteurs, ainsi que l’exécution de tâches. À la fin du cours, les participants ont reçu un certificat de participation. Grâce à cette expérience d’apprentissage, ils sont mieux équipés pour développer des modules d’apprentissage en ligne sur le changement climatique et favoriser une plus large diffusion de l’apprentissage en ligne dans toute l’Afrique de l’ouest. Cet objectif a été validé par une enquête menée juste après la dernière session, dans laquelle le 87,5% des personnes ont répondu avoir appris à concevoir et évaluer efficacement des cours en ligne pour adultes.

Pour en savoir plus sur le travail de UN CC :Learn en Afrique de l’ouest, cliquez ici.

L’atelier à mi-parcours a eu lieu à Nakuru, Kenya, et a rassemblé pendant deux jours des parties intéressées en provenance de différents points du pays afin d’avancer dans l’élaboration de la Stratégie nationale d’apprentissage sur les changements climatiques. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur l’effort d’alphabétisation climatique à grande échelle entrepris au Kenya.

L’atelier à mi-parcours, qui a eu lieu les 12 et 13 janvier 2021 à Nakuru, au Kenya, avait pour but d’élaborer le Plan d’action pour la Stratégie nationale d’apprentissage sur les changements climatiques. Il a rassemblé 50 participants des secteurs public et privé, de la société civile, du milieu académique et de la formation, des associations de jeunes et des créateurs du milieu artistique.

Le but de l’atelier était de concevoir un plan d’action axé sur les résultats, qui permette d’aborder les besoins éducatifs et de renforcer les capacités institutionnelles, pour pouvoir répondre à la demande de formation dans les secteurs prioritaires de l’éducation, l’environnement, l’énergie, l’agriculture, l’eau et l’assainissement et l’irrigation, ainsi que dans les thèmes transversaux du renforcement des capacités, la sensibilisation du public, le genre, et la participation des jeunes. La réunion a été officiellement inaugurée par la directrice du Programme de coordination sur les changements climatiques, Mme Pacifica Ogola, au nom du secrétaire principal, du ministère de l’Environnement et des Forêts. Elle a rappelé que le Kenya devra faire preuve de volontarisme pour atteindre l’objectif récemment mis à jour dans ses NDC, qui vise une réduction des émissions industrielles de 32%.  En outre, Mme Ogola a invité les participants à faire preuve d’audace pour concevoir une Stratégie d’apprentissage qui ne se limite pas au contexte actuel du Kenya, une stratégie axée sur tous les kényans qui réalise le principe de « ne laisser personne derrière ».

Dans un esprit d’échange, l’Ambassadeur d’UN CC : Learn, au Ghana, et responsable principal du programme de l’Agence de protection de l’environnement de Ghana (EPA en anglais), M. Emmanuel Tachie-Obeng, s’est adressé aux parties prenantes et a donné un intéressant aperçu sur le parcours du Ghana, depuis l’élaboration de sa stratégie jusqu’aux actions d’apprentissage déjà lancées.

Les participants à cet intense atelier de deux jours se sont fondés sur les résultats d’une évaluation approfondie de l’offre et des besoins d’apprentissage actuels, qui s’est déroulée aux mois de novembre et décembre de 2020. L’évaluation approfondie a mis en œuvre un processus consultatif, impliquant un groupe diversifié de parties prenantes. Plus de 200 participants ont pris part aux discussions de groupe virtuelle, tandis que 59 institutions et 130 personnes ont rempli les deux enquêtes en ligne.

Ce travail a permis d’assoir une référence à l’aune de laquelle pourront être mesurées les actions à réaliser et a donné un important aperçu des actions d’apprentissage proposées dans les différents secteurs, tant au niveau individuel qu’institutionnel, qui mèneront à un changement systémique global.

Le Plan d’action d’apprentissage élaboré à la suite des consultations de l’atelier à mi-parcours marque un tournant dans la manière dont le Kenya aborde les éléments les plus fondamentaux de l’action climatique à travers de la Stratégie d’apprentissage sur les changements climatiques, une approche qui permet à la société de faire partie de la solution.

Ce cours développé par le Centre Régional AGRHYMET (CRA) offre aux étudiants l’opportunité de revisiter les concepts clés du Changement climatique et de maitriser l’ensemble des étapes essentiels du processus de l’intégration du CC dans les politiques de développement et la planification budgétaire afin de favoriser la mise en œuvre des actions prioritaires d’adaptation et d’atténuation.

S'inscrire
  • Changement Climatique
  • Éducation

Cours autonome

4 heures

Bienvenue

Les changements climatiques (CC) constituent une menace importante pour le développement socio-économique des pays en développement et risque de compromettre les chances de relever les défis de réduction de la pauvreté. A cet égard, les impacts potentiels du CC doivent être systématiquement prise en compte dans les politiques sociales et économiques, les projets de développement et les efforts d’aide internationale afin d’asseoir un développement résilient face au changement climatique. Cependant, pour les pays en développement, l’intégration du CC dans le processus de planification du développement représente encore un défi majeur.

Ce module développé par le Centre Régional AGRHYMET (CRA) dans le cadre du programme de formation du Master Changement Climatique et Développement Durable (CCDD) offre aux étudiants l’opportunité de revisiter les concepts clés du Changement climatique et de maitriser l’ensemble des étapes essentiels du processus de l’intégration du CC dans les politiques de développement et la planification budgétaire afin de favoriser la mise en œuvre des actions prioritaires d’adaptation et d’atténuation.

Aussi, ce module de formation offre des informations claires, concises et actualisées pour toute personne intéressée par l’acquisition d’une compréhension globale de la prise en compte du changement climatique dans les politiques de développement aux niveaux national, sectoriel et local.

Ce que vous allez apprendre

L’objectif de ce cours est de former des cadres de haut niveau qui sauront, d’une part, valoriser et capitaliser les connaissances sur la science du climat pour les études d’impact, de vulnérabilité et d’adaptation face au CC, et d’autre part, appuyer l’intégration de la dimension CC dans les politiques et les stratégies nationales, régionales et locales de développement.
Cours en un coup d’œil

Ce cours est composé de quatre (4) leçons :

  1. Comprendre le changement climatique et ses liens avec le développement: Cette leçon propose une introduction sur la relation entre le changement climatique et le développement.
  2. L’intégration du changement climatique dans les politiques nationale, sectorielle, locale: Cette leçon passe en revue tous les processus de prise en compte du changement climatique dans les politiques aux échelles nationale, sectorielle et locale.
  3. L’intégration du changement climatique dans le processus budgétaire: Cette leçon explique les points d’entrée et les étapes clés de la prise en compte du CC dans la formulation du budget national.
  4. L’intégration du changement climatique dans le système de suivi-évaluation: Cette leçon aborde les contours du suivi-évaluation des actions des changements climatiques. Les concepts clés du suivi-évaluation sont d’abord définis.
  5. Quiz: Un dernier quiz évaluant les connaissances acquises pendant le cours. Le quiz contient 10 questions.

Partenaires et contributeurs

Cette formation en ligne a été conçue dans le but d’apporter des réponses à des questions essentielles sur le « mainstreaming » du changement climatique dans les politiques et stratégies de développement. Ce module de formation a été développé par le CRA. Le format e-learning de ce cours a été réalisé par le CRA avec le coaching de l’UNITAR dans le cadre de UN CC:Learn.

Les moments difficiles requièrent des solutions novatrices ! Alors que la crise de la Covid-19 bouleverse la vie de milliards de personnes, UN CC:Learn a pris toutes les mesures nécessaires pour adapter son fonctionnement à la « nouvelle normalité ». Voici un aperçu de ce qui a été fait pour permettre au programme de continuer à mener ses activités.

La pandémie de la Covid-19 a bouleversé la vie de milliards de personnes à travers le monde. Ceci a modifié de manière spectaculaire la façon dont les gens travaillent, apprennent et interagissent. Ce changement soudain a poussé UN CC:Learn à repenser la manière dont elle opère, surtout au niveau national.  A la suite de multiples consultations en ligne avec tous ses partenaires clés, les plans de mise en œuvre des activités de UN CC:Learn au niveau national, régional et mondial ont été ajustés.

Une nouvelle plateforme Zoom a été créée pour UN CC:Learn, permettant à la fois au secrétariat et à ses partenaires d’organiser des réunions et webinaires avec près de 500 participants. Une méthodologie a été aussi mise au point pour la conversion des ateliers en présentiel en évènements virtuels attrayants ; ces ateliers faisant partie du processus de développement et de mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’Apprentissage en matière de Changement Climatique. Par exemple, une réunion, pour valider le rapport d’information du Kenya et son subséquent Atelier de Planification National, a été tenue entièrement en ligne pendant cet été. Un autre problème qui a émergé, c’est l’intermittente connexion internet dans certaines régions. Il est aussi en train d’être réglé avec l’appui de UN CC:Learn dès que possible.

L’initiative Dialogues des Jeunes sur le Climat, qui a été affectée par la fermeture  des écoles dans beaucoup de pays, est en train d’être réorganisée en des évènements en ligne. C’est aussi le cas des évènements de partage d’expérience entre pays, par exemple, une discussion sur l’apprentissage en matière de changement climatique et de l’économie verte, qui a eu lieu en septembre, dans le cadre de la plateforme régionale de UN CC:Learn en Afrique de l’Ouest et des formations sur le changement climatique.

Au cours des mois derniers, la plateforme d’apprentissage en ligne de UN CC:Learn a connu un pic de trafic, avec de nouveaux utilisateurs y accédant et suivant des cours chaque jour. Ceci peut être dû en partie  aux mesures d’auto-confinement adoptées dans plusieurs pays. Pour aider tous ces nouveaux apprenants, le programme a amélioré encore plus son infrastructure en ligne pour faire face aux trafics de plus en plus croissants et continue de développer de nouveaux produits d’apprentissage, tels que la série de cours en ligne Green Recovery (Relance Verte) et les versions française et espagnole du cours Gender & Environment (Genre & Environnement). Dans ce contexte, UN CC:Learn a récemment  célébré la délivrance de son 100.000ème  certificat. Désormais, UN CC:Learn est impatient de continuer à mobiliser les intervenants à travers une série d’évènements en ligne et de webinaires. La pandémie de la Covid-19 a montré qu’à travers l’innovation et le dialogue, une collaboration peut se poursuivre.

La plateforme de partage de connaissance de UN CC:Learn a été complètement rénovée.

 

Le site web nouvellement lancé élargit son champ d’action pour atteindre un public vaste et varié intéressé par l’apprentissage sur les changements climatiques, consolidant ainsi l’engagement de UN CC:Learn à créer le meilleur confort d’utilisation pour tous.

La Plateforme de UN CC:Learn pour le Partage de Connaissance a été complètement rénovée.

Le site web nouvellement lancé élargit son champ d’action pour atteindre un public vaste et varié intéressé par l’apprentissage sur les changements climatiques, consolidant ainsi l’engagement de UN CC:Learn à créer le meilleur confort d’utilisation pour tous.

La plateforme continue de fournir un accès unique aux ressources des Nations Unies pertinentes pour l’apprentissage sur les changements climatiques, y compris la bibliothèque de publications de UN CC:Learn, une liste de portails de connaissances et un calendrier des événements. La nouvelle Plateforme de Partage de Connaissances est également le principal endroit où obtenir des mises à jour de première main sur le travail de UN CC:Learn sur le terrain. Des Projets Nationaux aussi bien Mondiaux y ont des sections dédiées. En défilant simplement vers le bas, les lecteurs peuvent avoir un aperçu chronologique de ce qui a été fait jusqu’à présent aux niveaux mondial, national et régional.

Tout en continuant de présenter les activités et les réalisations de UN CC:Learn, le contenu est en train d’être élargi. Certaines des nouvelles fonctionnalités que les utilisateurs peuvent découvrir sur le nouveau site web sont un catalogue complet de cours avec des informations sur et l’accès à tous les cours mis à disposition par UN CC:Learn, ainsi qu’une section histoires faite des récits des anciens apprenants.

La mise en page a été entièrement revue, avec des vidéos et des images remplissant harmonieusement chaque page. D’un point de vue technique, de nombreux changements ont dû être apportés pour se conformer aux dernières pratiques en matière d’expérience utilisateur et de développement web. La plateforme a également été ajustée pour améliorer l’accessibilité pour les personnes handicapées et est entièrement compatible avec les appareils mobiles.