Miser sur la population et la formation au développement vert et résilient face aux changements climatiques

UN CC: Learn s'associe au Fonds d'investissement climatique (CIF) pour renforcer la résilience climatique en Zambie

31 décembre 2019 | Ghana

Le gouvernement de la Zambie, avec l’appui du Programme pilote de fonds d’investissement pour la résilience climatique (PPCR), a réussi à faire progresser le développement résilient au changement climatique. Grâce au Programme pilote pour la résilience climatique (PPCR), la Zambie a été en mesure de protéger ses infrastructures contre le climat, d'améliorer les services d'information sur le climat et de renforcer la résilience climatique des populations rurales le long des sous-bassins de Kafue et Barotse du fleuve Zambèze.

Pour partager les leçons de l'expérience du PPCR et faire entendre la voix de tous les partenaires qui ont contribué à son succès, le gouvernement de la Zambie a tenu une conférence «Climate Resilience Mainstreaming» du 4 au 6 novembre 2019 sous le thème «Resilience Ready - Zambia's Vision 2030 »au Mulungushi International Conference Centre, Lusaka, Zambie. Cet événement a permis à l'équipe spéciale de soutenir le nouveau projet national UN CC: Learn de recueillir des informations sur la mise en œuvre du PPCR sur 10 ans et d'informer tous les participants sur l'élaboration de la stratégie nationale d'apprentissage sur le changement climatique de la Zambie, en tant que clé instrument pour promouvoir la mise en œuvre de la Contribution déterminée au niveau national (NDC) et du Plan national d'adaptation (NAP), et finalement renforcer la résilience climatique dans le pays.

L'événement a réuni des parties prenantes du gouvernement, du secteur privé, de la communauté et des professionnels du développement international pour encourager un engagement plus profond et une action urgente sur l'adaptation et améliorer les investissements du secteur privé dans la résilience.

L'atelier de 2,5 jours a réuni plus de 200 participants, dont quatre ministres (dont le ministre de la Planification du développement national et le ministre des Terres et des Ressources naturelles), plus de 20 députés et de nombreux autres hauts fonctionnaires, notamment des secrétaires permanents et des directeurs.

Les points saillants de l'atelier étaient les suivants :

  • Une forte reconnaissance des impacts du changement climatique en Zambie - des pluies plus fortes, des sécheresses plus fréquentes, des températures extrêmes ont eu des impacts négatifs sur les moyens de subsistance, la santé et la pauvreté. Le pays souffre d'un grave manque d'eau en raison de précipitations insuffisantes au cours des 3 dernières années. L'été dernier, il y a eu de graves pannes de courant (jusqu'à 15 heures par jour) en raison de la dépendance de la Zambie à l'hydroélectricité et d'une sécheresse dans le sud et l'ouest de la Zambie. L'impact sur les entreprises, la santé et le bien-être général était palpable et était un thème sous-jacent central tout au long de l'atelier.
  • Un accent sur le changement systémique, l'échelle et la durabilité. Le premier jour de l'atelier s'est concentré sur le partage des leçons de l'expérience du PPCR en Zambie par le biais de conférenciers du MNDP, du CIF, de la Banque mondiale et de la BAD. Les orateurs ont souligné l'importance de l'intégration de la résilience, de la collaboration et de l'apprentissage interministériels, de l'engagement continu des parties prenantes et des approches participatives impulsées par la communauté.
  • Un échange impromptu au cours de l'atelier dirigé par le Secrétaire permanent du MNDP, M. Chola Chabala, avec ses chefs de département a permis de partager les mises à jour sur la résilience dans tous les ministères.
  • Un accent sur la façon d'encourager les investissements du secteur privé dans les efforts de résilience (Jour 2). Les participants du PPCR au Bangladesh, au Népal, au Niger et au Tadjikistan ont partagé des modèles de réussite de leurs pays respectifs, ce qui a conduit à plusieurs questions sur la possibilité de reproduire ces succès en Zambie. Des représentants du secteur privé zambien ont également participé à la conversation et ont partagé leurs points de vue sur les obstacles et les possibilités de créer des incitations commerciales plus fortes en matière d'adaptation et de résilience.

Au cours de la troisième journée, l'équipe UN CC:Learn a présenté le projet et partagé les premières conclusions dans le cadre de l'élaboration d'une stratégie nationale d'apprentissage sur le changement climatique. C'était très opportun car plusieurs interventions tout au long de l'atelier ont porté sur la nécessité d'intégrer l'apprentissage sur le changement climatique et la résilience dans les établissements universitaires.

L'atelier a été capturé à travers une vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=JKYGBCQC86o

 

 

 

A propos de UN CC:Learn

UN CC:Learn est un partenariat composé de plus de 30 organisations multilatérales qui aide les pays à renforcer l’apprentissage sur les changements climatiques, d’une manière systématique et axée sur les résultats. A l’échelle mondiale, le partenariat soutient le partage des connaissances, promeut l’élaboration de matériels pédagogiques communs en matière de changements climatiques et coordonne les formations en collaborant avec des organismes des Nations Unies et d’autres partenaires. A l’échelle nationale, UN CC:Learn encourage les pays à élaborer et à mettre en œuvre des stratégies d’apprentissage nationales relatives aux changements climatiques. De par son implication à l’échelle nationale et mondiale, UN CC:Learn participe à l’application de l’Article 6 de la CCNUCC sur l’éducation, la formation et la sensibilisation du public, ainsi qu’à celle du Programme de travail de Doha (2012-2020). UN CC:Learn est financé par le gouvernement de la Suisse et les partenaires des Nations Unies. Le secrétariat de UN CC:Learn est hébergé par l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR).